dimanche 14 août, 2022

[En vitrine] Le nouveau bar qui fait mousser la Place du Monstre

Quand on sort dans le secteur de la Place du Grand Marché/Place Châteauneuf à Tours on zone au Tournesol, au Strapontin, au Tourangeau, au Cubrik, au Maskwood, à la Cour des Grands… Et à La P’tite Maiz’. Basée à Notre-Dame-d’Oé, la brasserie artisanale tourangelle créée en 2011 se pose en ville avec un bar entièrement dédié à ses bières locales. Les fondateurs de la marque Christophe et Quentin franchissent donc une étape supplémentaire après l’essaimage de leurs fûts dans nombre de bars cools de la ville et une présence dan un grand nombre de boutiques françaises voire étrangères.

Depuis sa transformation en société en 2016, La P’tite Maiz’ (pour petite maison) n’a cessé de grandir et s’impose aujourd’hui comme l’une des brasseries artisanales les plus en vue d’Indre-et-Loire, allant jusqu’à être représentée sur des salons ou événements d’ampleur nationale. Entrée au Collège Culinaire de France en 2021 (organisme qui garantit la qualité de restaurants ou d’artisans) elle a réussi à se démarquer parmi les 1 000 puis 2 400 brasseries réparties dans tout le pays. Parmi ses points forts : le design des étiquettes, par le graphiste Grégoire Audeguy.

Une offre déjeuner ou apéro façon brochettes

Et donc La P’tite Maiz’ ouvre un bar à son nom en plein centre-ville, à la place d’une institution (Les 3 Ecritoires). Le lieu a été totalement refait (sauf le sol en carreaux de ciment). On y trouve un beau bar illuminé, un espace de bières à emporter (canettes et bouteilles de La P’tite Maiz’), des meubles signés de La Malfabrique (spécialiste tourangeau du recyclage de bois).

A cela s’ajoute une cuisine d’où sortiront midi et soir des piques, soit des apéros, entrées, plats ou desserts sous forme de brochettes préparées par le chef cuisinier Julien Proutière (formé à l’institut Bocuse de Lyon, passé par Le P’tit Mich de Tours ou L’Evidence de Montbazon). Il est assisté de Thomas Ballester (vu à l’Aubépine Rue Colbert). Les piques en question ont été réalisés exprès par la céramiste Léa Caïe, installée en Île-de-France. Au programme parmi les ingrédients sur la carte : des rillons, du pastrami, des sauces maison (ketchup, teriyaki)… Beaucoup d’ingrédients locaux ou fins. Et des surprises venues du Pays Basque ou du Loiret.

Régulièrement d’autres brasseries invitées

« Nous souhaitons un lieu convivial et chaleureux ou la bonne humeur et la convivialité ne palissent pas devant la qualité » expliquent les cofondateurs de La P’tite Maiz’ qui proposeront à la fois leurs bières classiques en fûts mais aussi leurs nouveautés (jusqu’à 80 nouvelles recettes dans l’année !). Il y aura aussi des collaborations avec d’autres brasseries artisanales. Pas moins de 12 becs seront disponibles en permanence pour la vente de pintes et demi à la pression.

Des soirées avec des bières invitées auront également lieux de temps en temps. Et puis la carte comprendra une série de références de vins nature, des softs « originaux » ou des spiritueux.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Recherche

Suivez l'actualité en temps réel

À noter dans vos agendas

  • Agenda

Articles populaires

Agenda
Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !