dimanche 27 novembre, 2022

[En vitrine] Une marque tourangelle crée des bijoux à base de boutons de luxe

Le bouton de ton manteau Chanel ou de ton jean Balenciaga peut aussi finir autour de ton cou ou de ton poignet. C’est en tout cas ce que pense le trio à l’origine de la marque Mona Hand Made récemment lancée en Touraine. A l’origine du projet on trouve notamment Manon, étudiante de 23 ans actuellement en master management à l’école Pigier (et en alternance dans l’entreprise familiale de ses parents Le Timbre Tourangeau, basée à Tours-Nord et spécialisée dans la fabrication de plaques gravées ou de signalétique pour les entreprises).

Ne se destinant pas vraiment à être salariée, la jeune femme a entrepris de se lancer dans un projet professionnel personnel avec son petit ami et sa sœur. « L’idée ce serait de travailler à mi-temps à l’entreprise familiale et à mi-temps pour ma propre société » nous dit cette Tourangelle d’origine qui a trouvé son concept sur le réseau social Instagram : fabriquer des bijoux à partir de boutons de pièces de grandes marques. « J’ai trouvé ça novateur et comme ce n’était pas encore très connu ça coûtait cher, entre 200 et 250€ le collier. » Aimant bien chiner, la jeune femme entreprend donc d’acheter ou récupérer de vieux vêtements de maisons de luxe dont elle découd les boutons avant de les limer et de les intégrer à des bracelets, des colliers voire des bagues. « Mon grand-père m’a notamment donné des vestes Yves Saint-Laurent » explique-t-elle.

Mona Hand Made propose ainsi des colliers pour une centaine d’euros, avec de l’acier inoxydable en guise de support mais aussi des chaînes avec perles d’eau douce. Les pièces originales dont viennent les boutons sont elles revendues avec des attaches sans marque histoire de ne rien jeter.

Mais alors pourquoi dépecer ainsi des vêtements pour les détourner de leur usage ? « Sorti de son contexte c’est un objet qui est hyper joli, notamment le bouton Chanel. On a des modèles en cuir, en tissu ou avec des motifs tweed » détaille Manon. En gros on affiche une marque à moindre coût : « C’est un compromis, c’est à moitié une pièce de luxe » poursuit la créatrice d’entreprise qui préfère les boutons anciens, car elle trouve les récents moins jolis et moins qualitatifs que ceux des collections vintages.

« Sur une pièce on a maximum 6 boutons » explique encore Manon qui produit les bijoux au fur et à mesure, et peut donc tout personnaliser. « Ce sont les colliers qui marchent le mieux mais on peut aussi faire des sautoir, des boucles d’oreille à partir de 20€… On a 250 modèles différents et on est en réflexion constante pour de nouveaux produits » nous dit-on. L’atelier est à domicile et via Internet ça commence à faire le buzz : après avoir été sollicitée pour des box, la marque Mona Hand Made a eu son espace au Printemps de Tours en ce mois de mai 2022.

Parmi les projets en cours : le développement de t-shirts avec une déco faite à partir de foulards de luxe recyclés mais aussi l’ouverture d’un site de ecommerce (pour l’instant les ventes se font uniquement via l’Instagram @monahandmade).

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !