lundi 3 octobre, 2022

Une Tourangelle invente les bougies à l’odeur de rillettes

Il y a quelques jours, la Sarthe a récupéré le record du plus long sandwich aux rillettes du monde, utilisant plus de 200 baguettes tartinées de rillettes du Mans. Une marchandise suffisante pour réaliser une création culinaire dépassant les 100m. Bien loin de la performance tourangelle qui plafonnait à 74m. Il n’en fallait pas plus pour réveiller le chauvinisme de Sonia Roirose.

Fille d’une agricultrice et d’un charcutier, la jeune femme se définit comme une fan inconditionnelle de rillettes : « J’en ai toujours un pot dans le frigo. Et je rêve d’intégrer la confrérie. » Car, évidemment, elle ne jure que par les rillettes de Tours avec leur Indication Géographique Protégée (un label que n’ont pas les voisines de la Sarthe). « Quand j’étais enfant je me souviens avoir régulièrement mangé des rillettes du Mans chez mes grands-parents. Je trouvais ça très bon mais rien de comparable avec le plaisir que j’ai eu quand j’ai découvert la recette tourangelle. »

Une gamme de produits particulièrement riche

Originaire de Bretagne – la grande région du cochon – Sonia Roirose est arrivée en Touraine pour ses études. Et ne quitterait le département pour rien du monde. C’est donc tout naturellement qu’elle va y installer son business : Les Rillettes d’Henriette, en hommage au prénom de sa mère, « et parce que ça rime, bien sûr ». Son idée : prouver que la Touraine est bien LA patrie de la rillette, malgré la vitrine que le record du monde offre au 72.

Alors de quoi s’agit-il ? En aucun cas d’une charcuterie. Ni d’un bar où l’on viendrait grignoter des tartines de rillettes entre deux pintes. Il s’agira même « d’un commerce 100% vegan, garanti sans risque de prise de poids » s’amuse à préciser sa créatrice avec un sourire malicieux.

De façon incongrue, c’est dans la Sarthe que Sonia a puisé son inspiration :

« Je me souviens avoir vu qu’on y vendait des glaces à la rillette. Je me suis dit qu’il y avait sûrement un concept à développer. »

Après plusieurs mois de recherches, la jeune femme a donc mis au point toute une gamme de produits inspirés des rillettes de Tours. Celui qu’elle préfère : la bougie qui sent la rillette, vendue dans un pot authentique ou moulée en forme de petit cochon. « On sait à quel point les odeurs ouvrent l’appétit, je me suis dit que ça pourrait mettre une bonne ambiance lors des apéros. »

Une gamme de cosmétiques et des masques aux rillettes

Pour mettre au point cette création, la commerçante a fait appel à un laboratoire spécialisé dans les odeurs « qui n’utilise que des arômes naturels ». Convaincue dès les premiers tests, elle a vite décidé d’étendre la gamme et vendra donc également des petits sapins avec odeur de rillette à accrocher sous le rétroviseur de sa voiture, ainsi que du savon et… du déodorant !

« Mieux vaut sentir la rillette que le bouc » rétorque Sonia quand elle voit nos yeux ronds à l’annonce de cette idée. A terme, elle espère créer toute une gamme de produits cosmétiques autour de la rillette, des compléments alimentaires et… des masques aux rillettes dans la salle attenante à son magasin (toujours sans viande, « car il serait hors de question de gaspiller de la nourriture »).

Il y aura quand même quelques produits plus classiques dans les rayons : livres de recettes à base de rillettes ou pots collector mais l’idée c’est surtout de faire dans l’incongru, « j’ai donc pensé à toute une gamme de produits de déco avec la couleur brune de la rillette de Tours. Des coussins, des assiettes, des dessous de verre, j’aurais même des pots de peinture. Je viens de valider la teinte, je pense que vais la tester dans ma cuisine ! »

Olivier Collet

L’avez-vous deviné ? Publié le 1er avril, cet article est le poisson 2022 d’Info Tours.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !