lundi 3 octobre, 2022

6 étudiantes de Tours mobilisées contre le harcèlement de rue

Mardi 8 mars ce sera la journée internationale de lutte pour les droits des femmes (et non simplement la journée de la femme). Plusieurs opérations sont prévues à cette occasion en Indre-et-Loire, dont un week-end féministe samedi et dimanche salle Oésia à Notre-Dame-d’Oé ou une manifestation au départ du Sanitas le jour J à 10h30 avant un café des femmes à 14h au centre social Plurielles puis, à 15h30, un forum ouvert au grand public pour découvrir des actions de femmes engagées.

Quelques jours c’est un groupe d’étudiantes de l’IUT de Tours qui va passer à l’action dans la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville de Tours.

Après un an et demi de travail, Mélys Keohavong, Clara Laporte, Fatima Bouchekioua, Melek Kilic, Mélissa Akçay et Jade Rollin arrivent à la fin de leur projet : la création d’une exposition « pour les victimes et témoins du harcèlement de rue ». « J’avais vu beaucoup de témoignages sur le compte Instagram Ouvre les Yeux Tours et mon petit frère de 13 ans m’a dit que beaucoup de ses copines étaient victimes de ça aussi » explique Mélys pour expliquer l’origine du projet. « On a fait le constat que ce n’était pas normal donc c’était l’occasion d’en parler. »

Les jeunes femmes se sont rapprochées de plusieurs associations tourangelles d’Osez le Féminisme au CIDFF37 en passant par Stop Harcèlement de Rue, le Planning Familial ou encore le Centre LGBTI de Touraine. Samedi 12 mars de 10h à 18h, les différentes structures feront donc connaître leurs actions en mairie (accès gratuit) avec également la présence de deux avocates pour évoquer les recours juridiques possibles en cas de harcèlement mais aussi l’invitation d’une psychologue qui traitera du suivi des victimes.

Si la question du harcèlement de rue est de plus en plus présente dans l’actualité et les conversations, le groupe qui étudie en section Technique de Commercialisation a fait le constat que beaucoup de personnes ignoraient encore comment réagir ou l’existence de certains dispositifs comme Angela, une opération de formation des personnels de bar qui – quand on leur signale des faits – sont capables de réagir pour protéger la victime et écarter la personne qui agresse. Enfin, retenez que des initiations au self défense complèteront le programme de la journée (le matin et l’après-midi).

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !