mardi 6 décembre, 2022
  • Ligue contre le cancer

On a testé l’arène de jeu en réalité virtuelle installée à Saint-Avertin

Vu d’en haut on dirait un QR code géant. Et vu d’en bas, un sol noir et blanc aux formes stylisées. En fait c’est le terrain de jeu d’une arène, celle de la marque EVA qui vient de s’implanter Rue Pasteur à Saint-Avertin (près de la piste de karting intérieure et de la West Coast Academy où l’on apprend le parkour).

EVA c’est une entreprise déjà présente à Paris, Strasbourg, Poitiers… Au total dans une dizaine de villes en France – et bientôt au Texas, au cœur des Etats-Unis. Sa spécialité consiste à proposer aux groupes de se battre via des jeux en réalité virtuelle (donc avec un gros casque sur la tête). Pour ça, elle a développé son propre univers : After H. Dans un décor de jungle, de glace ou d’usine il s’agit de prendre possession de zones stratégiques, d’éliminer ses ennemis ou de zigouiller des zombies.

« L’idéal c’est de jouer à 6 et au maximum on peut être 10 » explique Jérémy Voyer qui développe le concept avec plusieurs associés. La bande est répartie sur une aire de jeu de 500m² (présente en deux exemplaires sous le hangar). Chaque joueur, chaque joueuse, porte un ordinateur sur le dos, un casque sur la tête et une arme dans la main. Une fois qu’on a cet équipement, c’est le début d’une partie de 40 minutes (à 19€ l’unité, ou 89€90 par mois si l’on prend l’abonnement illimité). On peut alors évoluer dans les différents univers et peaufiner sa tactique…

Franchement le jeu est prenant grâce à des décors très immersifs. On a beau savoir que l’horizon est dégagé, on ne peut s’empêcher d’avancer prudemment au début pour ne pas se heurter à un mur ou aux autres membres de l’équipe. L’arme est relativement facile d’utilisation avec une gâchette pour tirer, un bouton pour recharger et un troisième pour changer d’outillage. Et plus on vient, plus on peut avancer dans les niveaux et donc débloquer des gadgets plus puissants (cela nécessite tout de même de créer un compte en amont). Pas de panique si vous mourrez : il suffit de retourner à votre base, d’attendre 10 secondes et vous ressuscitez.

Accessible aux gamers assidus comme aux novices à partir de 12 ans, l’arène est plus sportive qu’il n’y parait (on nous indique qu’un assidu a couru 78km en un mois à l’intérieur). Entre la tension des parties qui durent 10 minutes chacune et les déplacements, on a vite chaud et on finit par transpirer d’autant que l’ordinateur fait son petit poids (en cas de soif il y a un bar à l’accueil, et même la possibilité de commander des pizzas).

EVA (pour Esport Virtual Arena) est la seule entité à utiliser ce jeu. Vous ne le trouverez ni sur PC, ni sur console. « On le développe depuis 5 ans et on continue de l’améliorer » explique Jérémy Voyer. A Tours, la marque compte rapidement organiser des compétitions locales ou nationales, qui seront diffusées sur Twitch où les parties peuvent vite rassembler de 400 à 500 000 personnes. Précision : il faut idéalement réserver son créneau à l’avance.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !