lundi 28 novembre, 2022

Manque de carburants : où en est-on en Indre-et-Loire ?

Depuis une bonne semaine c’est de plus en plus difficile de trouver une pompe à essence ouverte en Indre-et-Loire. Et parmi celles qui distribuent du carburant, beaucoup manquent de certaines références ou sont prises d’assaut entraînant de longues files d’attente. C’est la conséquence d’un mouvement de grève pour de meilleurs salaires dans les raffineries du groupe TotalEnergies et dans celles d’Esso ExonMobil. Reconduites de jour en jour, ces mobilisations bloquent les réapprovisionnements de cuves.

D’après une observation sur un site du gouvernement ce mardi après-midi, on annonce 54 points de vente en service en Indre-et-Loire, contre 51 au petit matin et 55 lundi matin. Situation stable donc, la préfecture confirmant qu’environ une station sur deux est en difficulté (il y en a 90 réparties sur tout le territoire tourangeau).

Les services de l’Etat indiquent ce mardi que la libération de stocks stratégiques du gouvernement devrait arranger la situation. Le ministre de l’économie fait par ailleurs pression sur les syndicats menaçant de réquisitionner les grévistes pour redémarrer les raffineries (ce à quoi CGT et FO répondent qu’ils bloqueront les salariés forcés de travailler si ça arrive). En attendant, l’achat d’essence par jerrican est interdit en Indre-et-Loire, en application d’une directive prise à Paris. Et beaucoup de stations rationnent la clientèle : par exemple pas plus de 30l ou alors maximum 40€ par passage.

En revanche, la préfecture indique qu’il n’y a pas de réquisition de stock pour les professionnels de santé. De son côté la région Centre-Val de Loire indique à France 3 que les transports scolaires sont en capacité de circuler normalement jusqu’à mercredi.

« La préfète appelle chacun à faire preuve de civisme et de solidarité en se limitant aux achats strictement nécessaires, pour assurer la satisfaction des besoins de tous et limiter les files d’attentes à la pompe » indiquent enfin les services de Marie Lajus, espérant calmer le début de panique et simplifier la vie des professionnels qui ont vraiment besoin d’essence (taxis, infirmières libérales, aides à domicile…). A noter que certaines entreprises ont tout de même le droit de remplir des jerricans ou des bidons sur présentation d’un justificatif.

Pour suivre les pénuries en temps réel, cliquez sur prix-carburants.gouv.fr ou pénurie.mon-essence.fr.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !