lundi 28 novembre, 2022

[Le saviez-vous ?] La Maison des Adolescents, l’endroit idéal pour répondre aux questions des 11-25 ans

Ne pas se fier aux dessins de smartphones ou de manettes de jeux vidéo que l’on trouve sur les vitres : la Maison des Adolescents de Tours n’est pas un lieu où l’on s’amuse. C’est néanmoins un endroit où l’on peut facilement grandir.

Gérée par l’association Montjoie, cette structure existe depuis 2010 et reçoit plus de 900 personnes par an, dont 600 rien que pour son antenne de Tours (le reste à Loches et à Chinon, ouvertes plus récemment). L’accueil se fait sans rendez-vous du lundi au vendredi de 13h30 à 18h30 sur place ou par téléphone au 02 47 22 20 69. On peut venir avec ses parents… ou solo. Dans ce cas, l’écoute est anonyme « sauf en cas d’urgence, par exemple pour une situation de violence » explique la coordinatrice de la structure Marie Tavernier. Dans ce cas les professionnels peuvent alerter les services de la protection de l’enfance ou la famille, selon le cas.

La Maison des Adolescents reçoit tous les jeunes de 11 à 25 ans, mais principalement des collégiens et lycéens. Toutes les prestations sont gratuites. Dans certains cas, un rendez-vous suffit mais dans d’autres il peut y en avoir 2, 3… voire 7 ou 8. Et puis les équipes peuvent aussi orienter les jeunes ou les parents vers d’autres contacts, comme des psychologues.

Le spectre des sujets abordés en rendez-vous est large. Par exemple ces derniers temps, de plus en plus d’ados, en particulier des jeunes filles, consultent pour des troubles alimentaires (surtout l’anorexie). On peut aussi aborder les problèmes liés à la sexualités, que l’on ait des questions sur le sujet ou suite à des événements particuliers de sa vie. « On voit par exemple des ados qui se mettent en situation de risque dans leurs relations, qui nous rapportent des situations où le consentement n’a pas été assez réfléchi avant ou qui rapportent des problèmes d’inceste dans leur famille » liste Marie Tavernier. Dans ce cas la réaction est pesée, notamment parce que la mise en route de la machine judiciaire « n’est pas forcément évidente à vivre. »

La Maison des Adolescents travaille avec une dizaine de pros allant des pédiatres aux psychologues voire même des sophrologues (pour des ateliers de gestion du stress). Certains sont détachés du CHU à temps partiel.

Et puis les parents peuvent aussi trouver une écoute : « Parfois notre rôle c’est de dédramatiser. Ils s’inquiètent de comportements qui sont classiques à ces âges-là. Il faut leur expliquer ce qui se joue, tous les remaniements qui s’opèrent chez leurs enfants… Il faut qu’ils acceptent de lâcher prise, de laisser les ados faire leurs propres expériences même s’ils se font mal S’ils ne passent pas par là, ils restent des enfants » estime la coordinatrice.

Olivier Collet

Cliquez ici pour suivre la page Facebook de la Maison des Adolescents de Tours.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !