jeudi 8 décembre, 2022
  • Ligue contre le cancer

Un 3e été sans baignade dans le lac de Joué-lès-Tours

La piscine plein air des Bretonnières est maudite. Après une fermeture pour cause de Covid en 2020 et pour prolifération de cyanobactéries dangereuses dans l’eau en 2021, ses bassins ne pourront pas rouvrir en 2022. Cela veut donc dire un troisième été consécutif sans accès public pour l’un des sites de détente les plus prisés d’Indre-et-Loire en saison estivale, en particulier parce qu’il est gratuit.

La mairie de la commune a officialisé la nouvelle par ces mots ce jeudi 30 juin :

« Cette décision, mûrement réfléchie, s’inscrit dans la continuité de l’action municipale visant à préserver la santé et la sécurité des populations Jocondiennes et Métropolitaines.

Le suivi de la qualité microbiologique de l’eau du lac des Bretonnières qui a été mis en place par les services municipaux depuis le mois de mars 2022, montre, au cours des quatre dernières semaines, une forte dégradation sur le taux de cyanobactéries. Même si le dénombrement des cellules toxinogènes reste inférieur à la norme, celui-ci ne cesse de progresser. »

C’est donc le principe de précaution qui est mis en avant, les cyanobactéries pouvant être nocives pour les humains et carrément mortelles pour les animaux.

Cela dit, la municipalité cherche une solution pour rouvrir sa plage si réputée (elle possédait le label Pavillon Bleu, particulièrement prisé parce qu’il récompense à la fois la qualité de l’eau et les efforts de préservation de l’environnement, un cas unique en Touraine). « Les équipes étudient à l’heure actuelle la possibilité de faire appel à des solutions techniques innovantes pour réduire durablement le taux de cyanobactéries au sein du Lac à moyen terme » nous dit-on.

Ajoutons que le problème des cyanobactéries n’est pas le seul qui doit être géré. La structure des bassins est également en pleine détérioration. Installés en 2008, leur durée de vie était estimée à 10 ans (et on approche des 15, soit 50% de plus). Une rénovation serait nécessaire et elle a été chiffrée à 85 000€, somme que la commune n’a aucune intention de dépenser tant qu’il y aura un risque élevé de prolifération des cyanobactéries. Seule consolation : des activités sont prévues tout l’été aux Bretonnières (on pense par exemple à la voile).

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !