lundi 23 mai, 2022
  • Chambray en Mai

« Les commerçants doivent se bouger et arrêter d’attendre le client »

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

A l’occasion de la Fête du Commerce jusqu’au 18 octobre à Tours, rencontre sans langue de bois avec la présidente des Vitrines de Tours, Soizic Pinero.

Élue à la présidence de l’union des commerçants et artisans tourangeaux au printemps, Soizic Pinero – directrice du Printemps – est fière d’y avoir fait entrer les Galeries Lafayette jusqu’ici absentes, d’avoir convaincu la Boîte à Livres de prendre part au bureau de l’association ou encore d’avoir obtenu le feu vert de la Fnac et de la Grande Récré pour que l’on puisse y dépenser les chèques cadeaux aux couleurs des Vitrines de Tours. Des gros coups, donc. Mais ça ne veut pas dire que la représentante des commerçants tourangeaux délaisse les petits indépendants. Bien au contraire. Un exemple : elle trouve « géniale » l’initiative des commerçants du Vieux-Tours Dynamique qui a réussi sa première Fête Médiévale le 27 septembre dans le centre historique.

Soizic Pinero distribue des bons points mais a aussi nombre de préoccupations. Se donnant 3 ans à la tête des Vitrines de Tours (où 400 adhérents sont regroupés), elle veut étendre l’influence de l’association : « on a qu’un seul représentant dans le quartier des Halles, c’est dommage… » Ce qu’elle voudrait, c’est fédérer les différents quartiers en faisant en sorte qu’il y ait partout des associations de commerçants pour engager une dynamique autour d’événements.

Elle prend l’exemple de « sa » rue, la Rue de Bordeaux : « les antiquaires du vendredi matin, ce n’est plus vraiment d’actualité… On a besoin d’autre chose. » Sauf qu’elle ne trouve pas de volontaires pour s’impliquer dans le lancement d’une structure, « alors que 3 personnes suffisent : un président, un trésorier, un secrétaire. Ensuite nous, l’UCAT, nous pourrons les aider. » Voilà aussi pourquoi, selon elle, l’Avenue de Grammont a perdu de sa superbe. Elle soumet donc une idée : des adhésions couplées associations de quartiers-UCAT afin qu’au final tous se retrouvent autour de la même table.

6 000€ de bons d’achats distribués en 15 jours

Soizic Pinero n’est pas fataliste mais parfois déçue. Sur la Fête du Commerce par exemple, elle est toute heureuse du retour de cette manifestation départementale qui n’avait pas été organisée depuis 2013. Prévue jusqu’au 18 octobre, son objectif est de donner un coup de pouce aux commerces dans une période habituellement creuse pour eux. Pour l’occasion, elle a proposé aux enseignes de faire une promotion spéciale, un petit cadeau (comme un cocktail) et d’assurer leur communication. Une opération de street marketing avec des hôtesses distribuant 6 000€ de bons d’achats a été enclenchée… mais : « quand j’ai demandé aux adhérents de me transmettre leurs offres pour les relayer, je n’ai eu que 5 retours dont le mien. Et je suis sûre que 4 enseignes sur 5 vont refuser les bons d’achats alors que l’UCAT s’est engagée à les rembourser même auprès des boutiques qui n’étaient pas adhérentes. » Bref, malgré une communication dynamique et imposante (bus, panneaux pub de la ville dès cette semaine), la présidente des Vitrines de Tours regrette le peu d’engouement. En gros, chacun veut son animation mais quand quelque chose se met en place, il n’y a plus grand monde…

Malgré cela, vous ne ferez pas dire à Soizic Pinero que le centre-ville de Tours est sinistré. C’est d’ailleurs tout le contraire. Elle prend l’exemple de ce samedi 3 octobre : ensoleillé et bondé. « Et si certains se plaignent que les clients ne font que passer sans acheter, c’est à eux de se bouger, de trouver des idées pour les séduire. Il faut arrêter d’attendre le client. » Voilà pourquoi la présidente des Vitrines de Tours fait un lobbying actif pour faire changer les mentalités de ses confrères, notamment à propos des horaires d’ouverture : pendant la pause déjeuner ou plus tard le soir. Une question d’image selon elle.

Bus et trams moins chers pendant tout le mois de décembre

« Notre concurrent aujourd’hui c’est Internet, pas les centres commerciaux. Il faut proposer plus de services. » Ainsi, estimant que l’on « manque vraiment de stationnement pour vélos en centre-ville » elle plaide pour plus de stationnements et va de son côté prochainement inaugurer un parking vélo au sous-sol du Printemps : « c’est un espace non utilisé. On a commencé à le réquisitionner avec les autres cadres parce que l’on vient tous travailler en vélo et on va l’ouvrir à tous nos salariés. » Ayant fait le deuil de la possibilité de stationnement gratuit, elle réfléchit aussi à un partenariat permettant d’offrir une demi-heure de parking aux clients, dans la rue comme dans les parcs souterrains. Elle vient aussi d’obtenir de Keolis l’extension du tarif promotionnel pour Noël : ce sera 1€90 la journée sur 3 dimanches au lieu de deux (donc les 6, 13 et 20 décembre, et peut-être même le 27).

Pour faire bouger le tissu commerçant tourangeau, Soizic Pinero fait donc marcher sa tête et ses réseaux. Elle voit l’adjointe au commerce de la mairie Céline Ballesteros une fois par mois pendant une heure et se réjouit de l’arrivée d’un animateur du commerce : « des villes comme Mulhouse l’ont fait bien avant nous et ça marche très bien. » Et elle attend justement de lui ce côté fédérateur auquel elle attache tant d’importance, jusque dans les quartiers. Reste tout de même une grosse épine à enlever : le prix des loyers. Selon elle, la ville pourrait faire pression pour faire bouger les lignes et éviter que des commerçants « ne travaillent que pour leur propriétaire. 

Un service livraison pour Noël ?

 

Pour la suite, la présidente des Vitrines de Tours :

– espère avoir droit à un stand sur le marché de Noël dès cet hiver afin de promouvoir les chèques cadeaux des commerçants tourangeaux : « 150 enseignes les acceptent, ils sont devenus crédibles. J’aimerais aussi convaincre des comités d’entreprises pour qu’ils les proposent à leurs salariés plutôt que ceux proposés par des groupes nationaux » explique celle qui fait toujours ses cadeaux de Noël en ligne, « même si c’est parfois difficile. »
– compte proposer un service de livraison aux Pères Noël et a engagé des discussions en ce sens avec Géodis.
– envisage déjà une nouvelle manifestation à l’échelle de la ville en mars, en partenariat avec le service des parcs et jardins pour un événement fleuri.
– discute avec Tours Événements afin de créer des offres spéciales dédiées aux congressistes qui viennent à Tours (dans les restaurants et les commerces, pour qu’ils profitent du centre-ville entre deux réunions).
– termine l’élaboration d’une charte avec l’Agence Départementale du Tourisme, un projet qui permettrait par exemple aux commerçants de bénéficier de formations d’anglais pour assurer un meilleur accueil des touristes (et on sait que ce ne serait pas du luxe !).

Des idées prometteuses à suivre, sachant que le petit monde du commerce tourangeau est en pleine mutation. On citera ne serait-ce qu’un exemple : la réhabilitation du haut de la Rue Nationale avec l’arrivée de nouvelles enseignes nationales voire internationales (Hilton). Forcément ça rebattra certaines cartes…

Olivier COLLET

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !