lundi 6 février, 2023

A Tours, une réforme en vue pour les conseils de quartiers

On ne sait pas vraiment à quoi ils servent, voire à peine qu’ils existent. Tours compte pourtant 8 conseils de quartier, un outil obligatoire depuis 2002 pour une commune de cette taille. Leur ambition c’est de rapprocher citoyennes et citoyens des décisions politiques. Mais force est de constater que leur impact est très limité, essentiellement composé de discussions sur la vie locale et de la concrétisation de projets comme l’installation de panneaux d’information, de composteurs ou de mobilier urbain.

Ces démarches sont utiles mais peu visibles et peu identifiées par la population. Le bilan est implacable : lors des deux assemblées générales annuelles de 2021, les conseils de quartiers de Tours n’ont rassemblé qu’une vingtaine de personnes venues de l’extérieur ; 15 ateliers thématiques ont été entrepris pour seulement 7 projets soumis au vote, alors même que la ville prévoit une enveloppe de 180 000€ pour les actions à leur initiative. Une somme loin d’être dépensée en intégralité (un peu plus de 30 000€ en 2022).

Un nouveau système pour plus de projets réalisés

Comment expliquer cette faible attraction ? « Il y a une confusion entre conseil de quartier et comité de quartier (qui sont des associations indépendantes) » estime Anne Désiré, conseillère municipale déléguée en charge de la démocratie permanente. A cela s’ajoute un découpage territorial tordu qui n’a pas toujours de rapport avec la géographie de la ville. Et, sans doute aussi, un manque global de communication.

Faut-il en conclure que la démocratie participative ne fonctionne pas ? Ce serait trop simple, notamment parce que le budget participatif de Tours a plutôt été plébiscité avec plusieurs dizaines de projets proposés et plus de 6 000 votes (5% de la population de la commune). Pour faire mieux, la ville va donc tester un nouveau dispositif et remplacer les conseils de quartiers par des assemblées de quartiers. Derrière le changement de nom cosmétique, les élus veulent faire de ces groupes de réelles « instances de propositions » qui travailleraient « en profondeur sur des groupes projets » promet Anne Désiré.

De 8 conseils à 5 assemblées

Si le conseil municipal du 14 décembre confirme le projet, ces nouvelles assemblées de quartiers entreront en vigueur le 1er janvier 2023. Il y en aura 5 : deux à Tours-Nord (une à l’Est, une à l’Ouest), une autre englobant tout Tours-Sud (la partie au sud du Cher + Rives du Cher et Bouzignac) et les deux dernières pour Tours-Centre, de part et d’autre de l’Avenue Grammont et de la Rue Nationale. Tout le monde pourra s’y rendre : habitants, associations et collectifs. Et chaque assemblée disposera d’un espace Internet dédié.

Cela dit, tout n’est pas encore définitif. Les frontières des assemblées pourront évoluer jusqu’au printemps. Et leur finalité aussi. A terme, le maire Emmanuel Denis se pose la question de mixer le budget des assemblées de quartier avec le budget participatif, d’autant que le type de réalisations est similaire (des projets pour améliorer la vie quotidienne dans l’espace public). « L’ambition c’est que les assemblées deviennent une plateforme d’initiatives citoyennes » conclut Anne Désiré.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !