mercredi 8 décembre, 2021
Ligue contre le cancer
Filbleu

Des urinoirs implantés dans le Vieux-Tours ? La mairie en rêve

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Se balader dans le centre historique de Tours c’est génial parce qu’il y a des maisons superbes, des commerces créatifs, des bars et restos adorables… Mais parfois ça sent mauvais. « Ça pue la pisse partout » résume encore plus crûment l’adjoint au maire Philippe Geiger, en charge de la tranquillité publique.

« Les riverains se plaignent beaucoup, c’est une catastrophe. Même dans la journée on voit des gens qui urinent partout, et certains ne se cachent pas. En plus de l’odeur ça laisse des traces qui se voient beaucoup lors de longues périodes sans pluie comme on a eu récemment. La propreté passe dans les endroits les plus repérés mais elle n’a pas les moyens de faire toutes les rues. »

Voilà pour le constat. Et maintenant, on fait quoi ? « Si la solution était simple ça se saurait » répond Philippe Geiger.

L’élu reconnait qu’il n’y a pas assez de toilettes publiques mais constate aussi que certains bars très fréquentés n’ont pas assez de WC : « Quand il faut faire la queue dix minutes les gens n’attendent pas et vont souvent dehors » souligne-t-il. Rajouter des sanisettes pourrait-il être une solution ? Celle de la Rue Constantine est très fréquentée avec 23 000 ouvertures de portes par an et 14 000 pour celle de la Rue Richelieu, près de la Place de la Résistance. C’est beaucoup… Sauf que ces équipements ferment à 21h30 (ou minuit Rue Constantine) afin d’éviter les squats. Et en plus ils coûtent cher à l’installation et à l’entretien (autour de 10 000€ par an selon nos informations). Rien que pour ça, la municipalité n’envisage pas d’extension du réseau.

L’espoir d’une expérimentation avant l’été 2022

L’autre option ce serait d’ajouter des urinoirs dans les rues comme l’ont déjà fait Nantes ou Paris. « On a interrogé plusieurs villes et les résultats sont en pointillés. Il y a des endroits ou ça marche, d’autres non. Et on ne sait pas pourquoi » résume Philippe Geiger. L’adjoint au maire voudrait tout de même tenter l’expérience à Tours, d’abord avec des urinoirs légers qui se déplacent facilement (donc non connectés au réseau d’eau) :

« On verra si ça fonctionne et on déploiera plus largement le cas échéant/ »

Plusieurs modèles, parfois mixtes, ont été identifiés… Mais pour l’instant refusés par l’Architecte des Bâtiments de France qui contrôle toute installation de nouveaux équipements dans le Vieux-Tours classé. La mairie essaie donc de le convaincre pour réaliser son projet d’ici l’été 2022.

Plusieurs lieux ont été identifiés : la Placis de la Lamproie, la Place du Verre Galant ou la Rue Colbert. En attendant, un urinoir sera ajouté aux WC Decaux des Halles (et il sera accessible la nuit). Dès l’an prochain des toilettes seront également installés dans plusieurs parcs publics comme l’Île Balzac (similaires à ceux en place à la Gloriette).

Olivier Collet

CARECO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !