jeudi 9 février, 2023

Les élections départementales pour les nuls

Dans deux semaines, vous serez appelés à voter pour élire vos conseillers départementaux. Ca ne vous inspire pas plus que ça ? Alors on vous explique pourquoi c’est important.

Il y a quelques jours encore les candidats le reconnaissaient eux-mêmes : lors de leurs balades sur les marchés pour tracter, ils rencontraient beaucoup de personnes qui n’étaient pas au courant qu’il fallait voter le 22 et le 29 mars et encore moins pour qui. Un peu de pédagogie s’avère donc nécessaire.

Actuellement, pour gérer ses collèges, ses routes départementales, le versement du RSA, l’aide aux personnes âgées ou handicapées, la politique touristique, le développement économique, les transports Fil Vert ou le soutien aux mondes du sport et de la culture, l’Indre-et-Loire dispose d’une institution : le Conseil Général (situé juste à côté de la préfecture à Tours). Son assemblée, composée de 37 membres, était jusqu’ici partiellement renouvelée tous les 3 ans via les élections cantonales. Mais, désormais, il n’y aura qu’une seule élection tous les 6 ans et la première c’est pour 2015.

La parité femme-homme imposée

Pour l’occasion, le scrutin change de nom et devient l’élection départementale. Chez-nous, il va falloir élire 38 conseillers départementaux qui siègeront pour 6 ans. Pour ce faire, la Touraine a été découpée en 19 cantons (contre 37 auparavant) censés être équitables en terme de population. Dans chacun d’eux, 3 à 6 binômes de candidats se présentent. Chaque parti est représenté par un homme et une femme car c’est la loi afin de garantir une parité parfaite dans la nouvelle assemblée. Chaque couple est accompagné d’un duo de remplaçants, au cas où.

Le scrutin se déroule en deux tours mais il y a peu de chances que plus de deux candidats soit en lice lors du deuxième vote le 29 mars. En effet, une règle stipule que pour se maintenir, un binôme doit soit arriver 1er ou second le 22 mars soit obtenir au moins 12,5% des voix des inscrits et non des votants. C’est à dire que plus l’abstention est forte, plus ce seuil est compliqué à atteindre (les sondages la prédisent au delà de 50% voire proche des 60%).

Actuellement, et depuis 2008, c’est une majorité de gauche qui président le Conseil Général d’Indre-et-Loire avec le socialiste Frédéric Thomas à sa tête (photo), ce dernier étant candidat à sa réélection sur le canton de Tours I (au Nord). Deux personnalités politiques qui siègaient dans l’assemblée ces dernières années ne sont même pas candidates pour y retourner : la ministre de la santé Marisol Touraine (élue à Monts) et Claude Roiron, ancienne présidente du CG37 avant Frédéric Thomas. Peu de grands noms de la politique locale se lancent dans la bataille, c’est ainsi le choix du maire de Tours Serge Babary actuellement élu mais qui préfère se consacrer exclusivement à sa ville.

Notre quinzaine d’articles politiques sur la cammpagne c’est sur cette page

Du reste, le scrutin est marqué par une union à droite entre l’UMP et l’UDI, un choix qui les donne favoris pour obtenir la majorité à l’issue de l’élection (compte tenu – notamment – du contexte national) et on parle du maire de St Avertin Jean-Gérard Paumier pour prendre le poste de président. La gauche part elle divisée, les socialistes n’ayant pas réussi à s’unir avec les Verts ou le Front de Gauche qui partent en commun sur plusieurs cantons ou en tout cas ne se font pas concurrence. Le Front National est lui présent partout. Enfin, quelques candidats divers ou dissidents viennent compléter le tableau et animer certains scrutins comme à La Riche-Ballan Miré.

Les 22 et 29 mars, les bureaux de vote seront ouverts de 8h à 18h avec proclamation des résultats interdite avant 20h. N’oubliez pas que vous pouvez faire une procuration si vous n’avez pas la possibilité de vous déplacer dans un bureau de vote ce jour-là, il suffit pour cela de vous rendre dans votre mairie, au commissariat ou à la gendarmerie avec une pièce d’identité, le formulaire est très rapide à remplir. On rappelle que même si une réforme des compétences du département est en cours et inquiète plusieurs candidats d’Indre-et-Loire, quoi qu’il arrive, l’institution continuera à gérer des sujets essentiels de votre quotidien. Voilà pourquoi il est important de glisser un bulletin dans l’urne, même en laissant l’enveloppe vide, puisque le vote blanc est désormais comptabilisé.

Olivier COLLET

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !