mardi 6 décembre, 2022
  • Ligue contre le cancer

Nouvelles rames, ligne Tours-Loches, lutte anti-fraude : ce qui change pour le train en Touraine

La Région Centre-Val de Loire et la SNCF viennent de signer une nouvelle convention valable jusqu’en 2031. Ce texte fixe les règles pour la circulation des trains Rémi sur 20 lignes (dont celles au départ de Tours vers Orléans, Poitiers, Chinon ou Paris Austerlitz). Ce contrat longue durée est une bonne nouvelle pour la compagnie ferroviaire puisque ça lui épargne une mise en concurrence avec d’autres opérateurs, imposée par la loi dès 2023. En revanche le texte lui fixe pas mal d’obligations, et si elles ne sont pas respectées ses pénalités annuelles pourront atteindre 2,2 millions d’€ par an contre 2 millions jusqu’à aujourd’hui (un seuil jamais atteint).

Alors qu’est-ce qu’on trouve dans ce document ? Déjà on apprend que la Région a négocié sec pour réduire la somme qu’elle verse chaque année à l’entreprise ferroviaire. La SNCF réclamait 245 millions d’€, on sera à 202 millions pour 2022 et on va même réduire à 163 millions d’ici 2031 (-20%, notamment grâce à l’arrivée de nouveaux trains moins gourmands en maintenance). Cela dit, ces montants sont indicatifs car des hausses de coûts risquent d’imposer leur revalorisation (on pense à l’explosion des prix de l’énergie).

Doublement de l’offre entre Tours et Loches

On parlait des nouveaux trains… Ils sont en cours de déploiement. D’ici fin 2024 plus aucun Corail ne roulera sur les axes Rémi Express dont Tours-Les Aubrais-Paris Austerlitz (ils sont progressivement remplacés par des rames à deux niveaux). Les TER de la ligne Tours-Orléans sont également en cours de rénovation (un premier engin a été livré au printemps) et des trains à deux étages de la ligne Paris-Chartres-Le Mans feront peau neuve progressivement d’ici 2027. Mais la vraie révolution c’est l’arrivée d’un train hybride d’ici quelques mois entre Bourges et Montluçon puis l’annonce d’un test de train à hydrogène sur la liaison Tours-Loches en 2023 (avec l’espoir de trouver une solution pour se passer, à terme, des 30% de trains diesel du parc régional).

Puisqu’on parle de Tours-Loches, le document qui présente la nouvelle convention SNCF / Centre-Val de Loire mentionne un doublement de l’offre dès le mois de septembre. Les horaires ne sont pas encore connus mais ce serait cohérent avec les réclamations des élus. En attendant, la ligne reste fermée tout l’été (officiellement pour des tests après 8 mois de travaux, mais selon nos informations à cause de difficultés pour obtenir le personnel nécessaire). Plus de trains sont aussi annoncés sur l’axe Tours-Blois-Orléans et Tours-Paris Austerlitz. En revanche, il n’est pas fait mention de potentiel renforcement de l’offre ferroviaire. Donc pas de soutien concret aux projets de réouverture de la gare de Fondettes ou de renforcement de la navette allant de Tours à Saint-Pierre.

Des contrôles systématiques dans les trains

Enfin, le contrat impose à la SNCF de maintenir les guichets de ses gares ouverts aussi souvent qu’aujourd’hui, et de former ses personnels pour vendre des billets de train comme de car. Les abris vélos sécurisés seront déployés (la Région en veut 70 dans les gares à moyen terme). En cas de travaux ou de grève, il faudra impérativement des cars de substitution sur toutes les lignes afin de conserver minimum 50% de l’offre initiale sous peine de pénalités. Pénalités aussi s’il n’y a pas de vérification systématique des titres de transport dans les trains avec équipe de contrôle, l’objectif étant de faire passer la fraude à 6,7% contre plus de 8% aujourd’hui.

Enfin, un nouveau site web Rémi car-train ainsi qu’une application mobile sont annoncés prochainement pour simplifier les démarches d’information et de vente.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !