samedi 28 janvier, 2023

[Faut y aller] A Tours, des soirées drag queen/drag king une fois par mois

Vous avez peut-être entendu parler de l’émission Drag Race France. Portée par France Télévisions, elle mettait en scène des drag queen, en l’occurrence des hommes qui incarnent un personnage féminin sur scène. Le programme a si bien marché qu’une tournée de spectacles a été lancée (passage au Vinci de Tours le 31 octobre). Il y aura également une deuxième saison à la télé, à une heure avec plus d’audience.

Et si vous voulez découvrir l’univers drag, vous pouvez aussi guetter les soirées du HIC.

Le HIC, c’est le premier collectif drag de queer. Il est formé par un duo qui s’est rencontré en coulisses d’une soirée : Paule et Noé, alias Sir Camille Bob. Leur ambition, c’est de faire découvrir leur univers et pour ça le Cubrik les invite à un afterwork une fois par mois le dimanche dans le bar à jeux du Vieux-Tours. Le show se déroule au milieu de la clientèle, avec des artistes invités à chaque fois. Le prochain a lieu ce 15 janvier à 18h, et le suivant le 26 février.

Pour que l’on comprenne bien de quoi on parle, être drag, c’est prendre l’apparence d’un personnage sur scène dans un show où l’on va se jouer des codes les plus répandus de la féminité ou de la masculinité. On est à la frontière entre la danse, le théâtre, le cirque ou encore l’effeuillage burlesque. Bien au-delà du simple aspect de spectacle que l’on voit en cabaret, même si les deux univers ont quelques similitudes. « C’est un art militant. Ça sert à venir questionner les normes de genre quelles qu’elles soient » explique Noé.

Le plus souvent, on cite le terme de drag queen, pour des hommes qui montent sur scène avec une allure de femme. Mais attention : dans cet univers, pas question de parler de travestissement, ce n’est pas la même chose car une drag queen peut être incarnée par une femme et un drag king par un homme. De plus, l’idée est d’aller beaucoup plus loin qu’un costume, c’est-à-dire de faire passer un message politique. « On ne veut pas laisser les gens dans leur confort avec un show 100% festif » reconnait d’ailleurs Paule. « On veut que le public parte avec le sourire mais quand même avoir dit des choses. Cela passe par le choix des morceaux qu’on passe, pourquoi on les passe, quels artistes on accueille » ajoute Noé.

Encore rares à Tours, les événements drag sont donc amenés à se multiplier. Il y en aura aussi un le 4 février en marge du 1er salon du livre queer de Tours à la Bibliothèque Centrale. Et pour les drag qui s’ignorent, Noé anime des ateliers de découverte et de formation (le prochain ce 14 janvier puis les 18 février et 18 mars). Les infos sur les comptes Instagram lehic.collectif ou celui de Sir Camille Bob.

Olivier Collet / Crédit photos : Leah Williamson

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !