vendredi 20 mai, 2022
  • Chambray en Mai
  • Shop in Touraine
Jardins Éphémères Amboise

A 18 ans, les Années Joué font ce qu’elles veulent

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le festival d’art de rue jocondien déménage et va déménager. Présentation des réjouissances.

Le festival des Années Joué de Joué-lès-Tours est suffisamment renommé pour avoir droit à sa page sur l’encyclopédie en ligne Wikipedia. Pour sa 18ème édition, il se voit également offrir un site Internet. A l’heure ou d’autres événements dédiés à l’art de rue disparaissent (RIP Rayons Frais à Tours) ou se voient menacés malgré leurs 200 000 spectateurs (Chalon dans la Rue, à Chalon-sur-Saône), le voir grandir est donc une excellente nouvelle.

Toujours programmé sur 3 jours (les 5, 6 et 7 juin), le festival émigre néanmoins du centre-ville vers le Parc de la Rabière et la Place Nelson Mandela : « en ne fermant qu’un petit bout de rue, on crée un grand espace de spectacle » explique le maire Frédéric Augis pour justifier ce choix, notamment motivé par la nécessité de garantir la sécurité du public qui était plus difficile à assurer en centre-ville à cause du tram. Cependant, contrairement à d’autres événements de la commune comme les Autos Enjouées, les Années Joué restera facilement accessible en transport (5 minutes à pied, dernier départ pour Tours à 00h30).

Un bus en flammes pour des funambules

Ce déménagement a également un avantage : il centralise les lieux de spectacles (une centaine en 3 jours !) facilitant ainsi la déambulation. Ces derniers auront lieu dans le parc, sur la place Mandela ou encore dans la cour du collège de la Rabière pour certains événements dédiés au jeune public. La ville profite aussi de ce cadre verdoyant pour jouer (à petite dose) la carte du développement durable : des gobelets réutilisables vont par exemple être introduits (mais pas pour les spectateurs…) et il y aura des bornes à mégôts pour les fumeurs.

Avec un budget semblable à ces dernières années (350 000€), les Années Joué cherche à voir de plus en plus grand. « On fait des économies sur la logistique pour privilégier l’artistique » précise le maire. C’est ainsi que des compagnies proposant des spectacles tous plus grandioses les uns que les autres font partie de la programmation 2015 avec plusieurs déambulations et un retour sans doute remarqué de la Compagnie Off, régionale de l’étape. Objectif : réunir 5 à 6 000 personnes lors de ces moments.

Un manège enchanté à 30m de haut

Olivier Catin, programmateur du festival, a détaillé ce menu sur lequel il travaille toute l’année, notamment en se rendant dans les autres festivals d’art de rue de France. Il est par exemple assez fier d’accueillir un spectacle que l’on peut vous recommander pour l’avoir déjà vu : Funambus, un mélange de feu et d’acrobaties autour d’un bus. A la nuit tombée, la création de la compagnie Underclouds est tout simplement lumineuse ! Autre grosse machine : un manège enchanté à 30m de haut ou ce retour dans le passé avec la Française des Comptages qui propose la reconstitution en temps réel d’un tournage de polar des années 50 : « on a mis 5 ans à les faire venir ! » nous dit Olivier Catin qui espère une belle participation de la foule pour ce moment qui promet d’être très interactif.

100% gratuit, les Années Joué reste aussi un festival de découvertes avec des spectacles moins grandioses, parfois déstabilisants mais toujours surprenants. Avec un choix varié (pas mal de théâtre, du cirque…), il devrait y avoir de quoi intéresser tous les âges et satisfaire toutes les curiosités dans un cadre verdoyant mais au coeur de la ville. Car l’art de rue sans la proximité de la vie de la cité, ce ne serait plus l’art de rue.

Olivier COLLET

Programmation complète et infos pratiques : http://www.anneesjoue.fr

Un événement tourné vers l’international

Avec les Années Joué, Joué-lès-Tours se vante de proposer le plus grand festival de la région (30 à 40 000 personnes tous les ans, autant que Terres du Son l’an dernier) et compte bien profiter de cette vitrine pour rayonner au niveau national voire international. L’une des pistes privilégiées est une collaboration avec le Portugal avec un échange entre compagnies françaises et portugaises. La ville souhaite même engager ce type de coopération avec toutes ses villes jumelles.

Photo du haut : Frédéric Augis et la Compagnie Off. En bas à gauche : Olivier Catin.

Vitiloire
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !