lundi 6 février, 2023

BEN L’ONCLE SOUL : « De manière générale, les hommes chantent l’amour »

De passage à Tours pour un showcase en septembre, le chanteur a reçu Info Tours pour évoquer son deuxième album et ses rencontres… Interview et photos.

Après son passage à Terres du Son cet été, Ben L’Oncle Soul est revenu en Touraine samedi 6 septembre, pour partager quelques morceaux de son nouvel album « A coup de rêves », devant un public tourangeau venu très nombreux le voir et l’acclamer à la Fnac.

 

Parlez-nous de votre nouvel album et de votre collaboration avec le groupe Monophonics ?

« 4 ans se sont écoulés entre le premier album et ce nouvel opus. Entre temps, j’ai voyagé, j’ai reconstruit mon imaginaire et puis j’ai rencontré un groupe de musiciens californiens qui s’appellent Les Monophonics qui sont passés en concert à Paris. On a eu un coup de cœur les uns pour les autres et on a décidé de faire un album ensemble. C’est un groupe qui a énormément de références sixties et  seventies comme moi au niveau des influences musicales mais on a aussi grandi avec notre temps comme le hip-hop. On a fait une collaboration ; un nouvel album soul fait de sons proches de la Motown. Ils se sont ainsi posés comme des producteurs américains et ils ont été cherchés le meilleur du chanteur avec qui il travaillait.

Dans cet album, on retrouve un duo avec Keziah Jones ; comment s’est passée cette rencontre et est-ce que c’est un artiste avec qui vous vouliez travailler ?

Moi, en général, mes collaborations et mes duos sont avant tout des rencontres humaines. Je ne fais pas de la musique avec n’importe qui comme des gens qu’on connait peu. J’ai toujours besoin de rencontrer et de comprendre la démarche artistique. Keziah, c’est quelqu’un qui travaille comme nous, je pense, de manière assez simple basée sur des émotions pures et de petites histoires. Comme moi, il a écouté beaucoup de soul musique et aussi du blues. On s’est rencontré en tournée puis plus tard, je l’ai invité sur une émission de télé pour faire un morceau ensemble. Très vite, on a discuté et on a pensé à Al Green, qui est notre repère commun, un artiste qu’on aime beaucoup tous les deux dont la chanson « Simply beautiful ». A la suite de l’enregistrement de cette émission, on a tellement pris de plaisir à jouer le morceau qu’on s’est dit que ce serait cool de laisser une trace et de l’enregistrer en studio et c’est ce qu’on a fait.

Sur ce disque, vous abordez beaucoup de thèmes dont l’amour…

Oui, je parle d’amour mais pas seulement. De manière générale, dans la chanson, les hommes chantent l’amour. C’est un truc important notamment dans la soul et dans les morceaux que j’aime que ce soit les Beatles, en passant aux Rolling Stones, Otis Redding et Ray Charles bien évidemment. On parle des femmes, de nos amours et ce qu’on a compris des relations humaines. Mais, sur cet album, je parle aussi d’espoir car le monde dans lequel on vit est dénoué d’espoir parfois et la musique est un bon vecteur pour ramener un peu d’espoir, d’entrain et de sourire. On exorcise beaucoup avec la musique comme le blues, reconnaitre qu’on a des problèmes c’est déjà quasiment les avoir réglés et c’est une bonne chose. La musique de manière générale, je l’ai vu en travaillant avec des musiciens sur cet album, donne des impulsions. Moi, elle me fait voyager, rencontrer des gens intéressants et vivre un rêve.

D’où vient le titre A coup de rêves ?

J’ai chargé cette chanson de mes propres rêves et ceux que j’ai commencé à réaliser. Mais aussi derrière ces mots-là, il y a Mohammed Ali qui est un grand guide pour moi car j’adore le sport. On retrouve des valeurs stables et vraiment importantes dont le challenge, la rigueur, l’expérience, le savoir-faire, l’entrainement et la persévérance.

Vous retrouvez votre public tourangeau après le succès de votre précédent album, êtes-vous ému de revenir et leur présenter ce nouvel album ?

Je suis toujours ému de rentrer à Tours et de faire de la musique ici où tout a commencé. J’ai beaucoup de souvenirs dans cette ville. Le guitariste avec qui je vais faire l’acoustique est de Tours. D’ailleurs, « Carry me » ou « A coup de rêves » (mon prochain single) ont été écrites à Tours.

Gardez-vous un bon souvenir de votre passage à Terres du Son cet été et aussi de votre duo avec M ?

Ce duo était complétement improvisé (rires). On s’est croisé dans les loges et il m’a dit de passer à la fin du show. Bien sûr, j’ai accepté.

Quel morceau conseillez-vous d’écouter pour quelqu’un qui ne vous connaît pas ? »

C’est très compliqué… Mais, je propose d’écouter « Carry me ». C’est une jolie ballade qui parle d’amour. Cela pourrait presque être de la country dans la manière dont elle est composée. C’est une chanson simple et évidente qui peut toucher tout le monde.

Est-ce que vous prévoyez une date sur Tours pour la tournée de votre album ?

Pour l’instant, on fait la promotion de l’album et on voit comment le public réagit. Pour l’ancien album, on était déjà sur les routes pendant la promotion et quand on arrive on n’est pas frais aussi bien pour les journalistes que pour les petits acoustiques. C’est un peu plus difficile physiquement donc maintenant je fais la promo et après on voit ce qu’on fait.

Propos recueillis par Bérengère BRU

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !