mardi 4 octobre, 2022

Nouvel échangeur, voies réservées aux bus, parkings relais… Le futur de l’A10 se prépare

Avec 80 000 véhicules par jour et beaucoup plus pour les grands départs ou retours de vacances, l’autoroute A10 est clairement l’axe routier le plus fréquenté de l’agglomération tourangelle. Utilisé par les véhicules en transit mais aussi pour des trajets locaux, internes à la métropole ou au département. Une infrastructure indispensable au quotidien mais qui pose aussi pas mal de soucis (bouchons, pollution ou encore la “frontière” urbaine qu’elle crée entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps).

Peut-on faire mieux ? Oui à en croire la plupart des acteurs proches du dossier. Et ça commence à bouger…

En ce mois de décembre 2021, Tours Métropole a signé une convention avec la société Vinci qui exploite l’autoroute. Quasiment une première en France pour l’entreprise (qui a conclu pareil contrat avec la région PACA mais ne l’a encore jamais fait avec une agglomération). L’objectif c’est de faire de l’A10 une autoroute dite “Bas Carbone”, c’est-à-dire avec moins d’impact sur l’environnement qu’aujourd’hui (le seuil fixé au niveau national est de -28% pour les transports à l’horizon 2030). Pour y parvenir, le groupe s’engage à investir 100 millions d’€ dans les prochaines années (en échange il renégociera son contrat avec l’Etat, par exemple pour rallonger encore sa durée et percevoir plus longtemps l’argent des péages).

“C’est une véritable avancée pour notre territoire qui répond à l’urgence climatique, réunit un territoire scindé en deux et repense l’usage de l’autoroute en général” se félicite le président de tours Métropole Frédéric Augis. “Bien souvent les projets de ce type arrivent de façon descendante par l’Etat. Là, ils arrivent en remontant depuis le territoire” se réjouit pour sa part le président de Vinci Pierre Coppey.

Concrètement, les deux partenaires s’engagent à faire avancer plusieurs chantiers. Le plus emblématique pourrait voir le jour d’ici 2026 (c’est en tout cas l’ambition affichée par certains élus). Il s’agirait de créer un nouvel échangeur au niveau de Rochepinard, c’est-à-dire tout près des Atlantes et d’Ikea. Les études sont en cours pour aménager une sortie et une entrée dans chaque sens malgré un environnement très contraint, chargé en constructions, et situé à proximité du Cher et des voies SNCF (des démolitions ne sont pas à exclure). Au final, ce nouveau carrefour pourrait soulager Tours-Centre et le trafic en ville mais surtout créer un accès plus direct à la gare SNCF de Saint-Pierre-des-Corps via son entrée sud.

A côté de ça, Tours Métropole travaille à la création d’un véritable réseau de parkings relais au niveau des sorties (Tours-Nord, Tours-Centre, Rochepinard, Chambray, Monts-Sorigny mais aussi Veigné et Esvres sur l’A85). Pour inciter les automobilistes à s’y garer, ils pourraient être desservis par des bus ou cars express disposant de voies dédiées sur l’A10, ou d’arrêts directement au bord de l’autoroute comme ça existe déjà en région parisienne. La voie en question serait également ouverte au covoiturage pour encourager la pratique au détriment de l’autosolisme (l’écrasante majorité des personnes roulent seules).

Le 1er site qui pourrait voir les choses bouger serait celui de la Porte des Arts à Chambray (néanmoins le projet de couverture de l’autoroute à cet endroit n’est plus évoqué, remplacé par la simple idée d’une passerelle pour traverser l’autoroute). Par ailleurs, les élus ont toujours envie d’aménager une gare routière près de l’aéroport pour les cars longue distance, d’installer un maximum de bornes de recharge pour véhicules électriques, de nouveaux murs antibruit plus efficaces, des panneaux solaires ou davantage d’espaces végétalisés en bordure d’autoroute. Des envies qui doivent maintenant se concrétiser dans le temps et de façon budgétaire : les pouvoirs publics devront-ils aussi mettre la main à la poche ? Comment gérer de potentiel chantiers importants en parallèle des travaux de la 2e ligne de tram ? C’est tout l’enjeu des mois et des années qui viennent.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !