lundi 5 juin, 2023

EXCLU : Une jeune femme de 30 ans en piste pour reprendre le Musée de la Typographie de Tours

C’est un tout petit musée mais son patrimoine est exceptionnel. Près du Château de Tours, le Musée de la Typographie concentre toute l’histoire de cette pratique sur 70m², grâce à la dévotion d’un passionné : Muriel Méchin. Le problème c’est qu’il est fatigué et souhaite passer la main, tout en espérant maintenir le lieu ouvert. Mais après 5 ans de recherches, personne n’a souhaité reprendre le flambeau à ses conditions (racheter toutes les machines et les laisser à Tours). La mairie a notamment refusé de s’engager financièrement dans un tel projet.

Les choses sont peut-être en train de changer avec le projet de Stella. Cette petite-fille de typographe vivant actuellement à Marseille envisage sérieusement de reprendre le flambeau. A la fois correctrice/relectrice dans un service éditorial et illustratrice, elle suit l’histoire du Musée de la Typographie via la presse et s’est rendu compte l’an dernier qu’il n’y avait eu aucune évolution pour lui garantir un avenir. La jeune femme de 30 ans a donc entrepris de faire bouger les choses elle-même.

Après une première visite à Tours au printemps 2022, elle a entamé le montage d’un dossier pour organiser le déménagement du Musée de la Typographie. Son idée serait d’en doubler la surface pour atteindre environ 150m², ce qui permettrait d’avoir plus de place pour exposer les machines mais aussi de l’espace pour les activités pédagogiques, notamment auprès des enfants. Le projet en est encore aux prémices et Stella vient donc environ une fois par mois à Tours pour des rendez-vous destinés, notamment, à en solidifier les aspects financiers (le rachat de la collection est estimé à environ 50 000€, auxquels il faudra ajouter les frais de déménagement puis de fonctionnement du futur musée reconfiguré).

Si tout va bien, elle espère plus de concret d’ici la fin de l’année 2023, son contrat de travail actuel s’arrêtant en septembre. Séduite par la ville, elle ne voit aucun inconvénient à y vivre, et envisage même d’y déménager avant l’heure pour faciliter ses démarches préparatoires. « Je ne suis peut-être pas la plus qualifiée mais j’ai l’énergie pour essayer de faire quelque chose » nous dit-elle. Forte d’un bon réseau dans l’art et l’artisanat, et d’une expérience de quelques années dans l’enseignement, elle espère avoir une part du bagage pour assurer la réussite de l’entreprise et compte sur la précieuse formation de Muriel Méchin pour approfondir ses connaissances en typographie.

Pour plus d’infos, direction le compte Instagram du projet.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !