Tours

Des coursiers à vélo gênants dans trois zones de Tours

La mairie cherche des solutions pour éviter les plaintes.

Voici le message reçu tout récemment par les coursiers à vélo d’Uber Eats à Tours :

« Suite à de nombreuses remontées des riverains et de commerçants, la municipalité de Tours a souhaité mettre en place de nouvelles mesures vis-à-vis des coursiers exerçant leur activité dans le centre-ville.

La municipalité demande désormais de ne plus stationner dans 3 emplacements à forte affluence lors de votre attente entre deux livraisons.

En application de ce dispositif, il n’est maintenant plus possible de recevoir de course lorsque vous êtes positionné Place Châteauneuf, Place du Grand Marché et Rue Charles Gille.

La municipalité vous invite donc à vous positionner dans des zones qui ne gênent ni les commerçants, ni la population. »

Le message est clair : l’application de livraisons de repas brouille désormais le signal de ses coursiers s’ils ne respectent pas la consigne. Radical.

Renseignements pris, la mairie est bien à l’initiative de la démarche. Confirmation du directeur du service commerce auprès d’Info-Tours.fr : « à certains horaires on observe des attroupements qui perturbent l’activité et le cadre de vie de ces secteurs » dixit Sébastien Rodriguez qui a reçu plusieurs témoignages de responsables de boutiques ou d’habitants. Lui-même dit avoir constaté le phénomène :

« Je me suis déplacé Rue Charles Gille avec le directeur de la police municipale. Il y avait une douzaine de personnes sur le trottoir avec leurs vélos. Ils empêchaient le cheminement des piétons, les obligeant à passer sur les voies du tram. »

Ces remontées négatives concernent les coursiers à vélo en général, mais plus particulièrement ceux d’Uber Eats. En effet, la Rue Charles Gille, la Place Châteauneuf et la Place du Grand Marché sont les lieux les plus proches… de Mc Donald’s. L’enseigne propose la livraison en exclusivité via Uber Eats, et ça cartonne. Les livreurs stationnent donc à proximité dans le but de décrocher un maximum de commandes, l’algorithme ayant tendance à favoriser un coursier qui pourra récupérer la nourriture rapidement.

A LIRE SUR 37° : Notre enquête sur les coursiers livrant des repas à Tours

De son côté Deliveroo collabore avec Burger King, qui dispose seulement d’un restaurant en centre-ville, Place Jean Jaurès. On y croise aussi régulièrement des petits groupes de coursiers.

Pour éviter une multiplication des désagréments, le service commerce de Tours a donc reçu les entreprises en mairie : « ils ont conscience qu’il y a une certaine régulation à trouver pour ce nouveau service » commente Sébastien Rodriguez, satisfait d’avoir pu trouver une solution rapide avec Uber.

Une question demeure : est-ce que ce brouillage de l’application dans un secteur précis ne risque pas simplement de déplacer le problème ? « On travaille avec Uber pour définir des espaces adaptés pour tous » répond le responsable commerce. On s’orienterait donc vers des zones entre guillemets « réservées » aux coursiers en attente, comme Paris qui veut délimiter des secteurs pour le stationnement des trottinettes électriques. Cette recherche est en cours, elle n’a pas encore abouti.