Tours

TOURS NORD : 100 millions d’€ d’investissements pour STMicroelectronics

Une nouvelle ligne de production ouvrira l’an prochain. Sa spécialité : les nanotechnologies.

Ce jeudi soir c’était conseil métropolitain aux Deux-Lions à Tours. Au cours de la réunion, les élus de l’agglomération devaient se prononcer sur un budget supplémentaire : le point N°11 de l’ordre du jour. Cette délibération en apparence technique comportait la proposition d’une subvention de 200 000€ pour un projet en lien avec l’usine STMicroelectronics de Tours Nord : une antenne tourangelle du plan NANO 2022 va prochainement y voir le jour... Un très gros projet que Tours Métropole va soutenir via cette aide dédiée à la recherche.

Le vice-président Thibault Coulon en a dit plus : « on a présenté le dossier devant la commission économie en avril. C’est un grand projet européen pour le développement de la nanotechnologie. Le plan NANO 2022 en est la déclinaison française avec un budget d’un milliard d’euros de fonds publics sur 5mds, dont 686 millions d’euros apportés par l’Etat, 125 millions d’euros de l’Union Européenne ou encore 125 millions d’euros des collectivités locales. L’enjeu c’est l’indépendance technologique et le développement d’une filière qui compte déjà 20 000 emplois directs en France. Ces nanotechnologies sont utilisées dans les secteurs de l’automobile, de l’espace, de la défense, de la sécurité... Elles servent aussi pour la 5G (le futur réseau d’Internet mobile) et les cartes à puces. »

Concrètement, STMicroelectronics qui emploie 1 500 personnes va implanter une nouvelle ligne de fabrication à Tours : elle y fabriquera du nitrure de gallium, un semi-conducteur sur lequel vous pouvez apprendre plein de choses en lisant la page Wikipedia qui lui est consacré.

Entrée en service du site fin 2020

« Ce sera la première usine au monde à produire ce type de composants sur des plaquettes de 8 pouces. Ils seront particulièrement utilisés dans l’efficacité énergétique et des nouvelles mobilités » a détaillé Thibault Coulon. La production devrait débuter dans un peu plus d’un an, dès le 2e semestre 2020. Avant cela il faudra construire un nouveau bâtiment de 1 000m2 à 10 millions d’euros avec des salles blanches hyper sécurisées et y installer des équipements pour 90 millions d’euros, soit un investissement total estimé à 100 millions d’€. L’ensemble de cette somme proviendra de fonds privés.

On ignore combien de personnes travailleront fans cette nouvelle unité. « Je ne suis pas sûre que ce sera énorme car il y a beaucoup d’automatisation » ipointe Thibault Coulon. La première pierre du chantier doit être posée dès le mois de septembre.

« C’est une bonne nouvelle pour ceux qui croient que le territoire tourangeau a un avenir industriel dans le secteur des nouvelles technologies. C’est aussi un projet qui conforte notre stratégie de soutien à la recherche » a conclut le vice-président de Tours Métropole.