Tours

A Clocheville, un nouveau look aérien pour la salle d’attente d’anesthésie

Ça change des murs blancs.

Des paysages de campagne des papillons, des montgolfières… Depuis début juin les enfants qui viennent en consultation préopératoire d’anesthésie à l’hôpital Clocheville de Tours patientent dans un cadre un peu plus sympa qu’avant. Les murs blancs de la salle d’attente du 1er étage du bâtiment Jean de la Fontaine viennent d’être égayés par de grands tableaux et quelques décorations accessoires, un travail réalisé par Dubourdon Productions une entreprise lyonnaise spécialisée dans la signalisation et la décoration pour les hôpitaux pédiatriques.

Ce projet à presque 1 500€ a nécessité plusieurs mois de travail afin de sélectionner les bons visuels et les bons matériaux, capables de répondre aux contraintes d’un établissement de santé (sécurité incendie, absence de phtalates). Il a également fallu créer une continuité avec le plafond aménagé à l’entrée du bloc opératoire, et qui symbolise un ciel étoilé dans le but d’apaiser les enfants juste avant l’intervention chirurgicale.

L’installation de ce décor a été financé par le club association féminin Inner Wheel de Tours (une quarantaine de bénévoles) et ce n’est pas son coup d’essai : il a également participé à l’achat de tablettes tactiles que l’on donne aux enfants en salle de réveil pour leur changer les idées juste après leur opération, en plus d’autoriser les parents à leur rendre visite (ce qui est également une nouveauté).

Les dessins de cette salle d’attente de Clocheville ont une autre particularité : on n’y voit pas de personnage, pour que les enfants puissent imaginer leurs propres histoires. Et surtout, les panneaux sont amovibles, donc on pourra les enlever et les installer dans le nouvel hôpital pédiatrique de Tours qui doit ouvrir sur le site chambraisien de Trousseau à l’horizon 2026, entraînant la fermeture des services médicaux du centre-ville.

Près de 5 000 consultations d’anesthésie sont réalisées chaque année pour des enfants à Clocheville sous la supervision du professeur Marc Laffon et de la docteure Véronique Lesage. Elles ont lieu chaque après-midi, et les équipes médicales essaient de faire en sorte que le temps d’attente ne dépasse pas 15 minutes, là-encore dans le but de diminuer le stress des jeunes patients.