Tours

TOURS : On a testé l’escape game de l’abbaye de Marmoutier

Une aventure historique.

Il y a une machine à remonter le temps à Tours… Et elle vous emmène huit siècles en arrière, dans les années 1200. Que se passait-il à cette époque ? Un parchemin a été dérobé et il faut aider l’Abbé Desroches à le retrouver. En une heure seulement. Voilà le principe du jeu d’évasion installé depuis quelques semaines dans l’enceinte même de l’abbaye de Marmoutier, l’un des monuments emblématiques de la ville situé sur les bords de Loire, au bas du quartier de Sainte-Radegonde.

Pour la première fois, le public peut accéder à une salle de l’hôtellerie de l’abbaye où l’on hébergeait les laïcs. C’est là, dans cette réserve, que se trouve le parchemin. Mais où ? Il va vous falloir un peu de temps – et de jugeotte – pour le découvrir…

Conçue par la coopérative Artefacts, et plus précisément par Agathe Gourdeau-Montagne, l’aventure se fait en costume. Nous voilà donc avec la robe et la capuche. Forcément un peu ridicule mais amusant.

« On ne pourra pas juste retrouver le parchemin en fouillant » prévient la jeune femme. Mais tout de même, un conseil, fouillez bien. Partout. Vraiment partout. Comme on est dans une réserve, ce ne sont pas les possibilités qui manquent. Et point original pour un jeu d’évasion : il y a à manger. Non, vous n’allez pas vous restaurer pendant l’expérience mais vous devrez utiliser farine, haricots secs et autres grains pour pouvoir avancer dans l’enquête. Et mettre les mains dedans. Pareil avec les épices, ou de la cire d’abeille.

Prévu pour 3 à 6 joueurs, cet escape game est loin d’être simple même si 100% des équipes qui l’ont tenté ont réussi à résoudre l’essentiel des énigmes. Il nécessite non seulement de l’observation, mais surtout de la patience. Capable d’être frustrant, il s’avère néanmoins assez grisant. Et si vous séchez, humez une épice ou une bougie ça peut rebooster et – qui sait – vous mettre sur une bonne piste… Pas besoin d’être hyper doué(e) en histoire, mais maîtriser l’art du casse-tête est un plus.

Nous on a franchement galéré avec certains codes, on s’est emmêlé les pinceaux, on a fait trois fois le tour des tonneaux, on beaucoup observé la cheminée, vérifié 3 fois qu’il n’y avait rien dans cette petite sacoche et toujours pas vraiment compris le fonctionnement de ce fichu casse-tête. On apprécie que tout ait été pensé pour favoriser l’immersion, c’est-à-dire que le décompte du temps souvent affiché sur un écran est ici symbolisé par un sablier qui indique le temps qu’il reste avant que notre opération de fouille clandestine ne soit découverte. Et Agathe est restée avec nous tout le long pour nous aider en cas de blocage. Parfois perturbant de se sentir observé, mais loin d’être inutile quand elle pousse à la réflexion et suggère un mécanisme de raisonnement qui nous avait échappé.

Proposé chaque semaine à partir du mercredi, l’escape game de Marmoutier s’expérimente jusqu’en octobre. Comptez 20 à 26€ par personne selon le nombre de joueuses et de joueurs. Tarif réduit pour les moins de 18 ans, les demandeurs d’emploi ou bénéficiaires du RSA. Vous pouvez réserver ici.

Olivier Collet / Photos : Pascal Montagne