Tours

Pompiers, enfance, motards, antipub : un vendredi très revendicatif à Tours

Des manifestations de 8h à… 0h30.

Plusieurs corps de métiers ou groupes militants sont attendus sur le terrain pour porter leurs revendications ce vendredi en Indre-et-Loire. Des manifestations aux objectifs divers, faisons le point ici dans l’ordre chronologique de la journée.

  • Pompiers

Ces derniers mois les pompiers d’Indre-et-Loire se sont mobilisés à plusieurs reprises pour évoquer des dysfonctionnements dans le fonctionnement du service départemental d’incendie et de secours, leur action la plus marquante étant celle organisée au moment de la Ste Barbe à Villandry fin 2018. Ce vendredi 26 avril, sans appeler à la grève, différents syndicats du SDIS comptent de nouveau alerter sur la situation du personnel, un mouvement qui n’a – d’après eux – pas de lien avec la blessure de 4 pompiers lors d’une intervention à Tours Nord la semaine dernière comme nous avons pu l’écrire, leur premier communiqué étant arrivé le lendemain de ce fait divers.

« Notre mécontentement naît d’une problématique bien plus profonde et générale. Elle est relative à l’augmentation constante de la sollicitation opérationnelle depuis une décennie et à l’explosion de celle-ci ces dernières années. Une charge opérationnelle lourde qui s’effectue en parallèle d’un sous-effectif de sapeurs-pompiers professionnels et d’une diminution inquiétante de la disponibilité des sapeurs-pompiers volontaires » écrit la CFTC.

Dans un texte cette fois signé également par la CFDT et Avenir Secours on peut lire des griefs contre « un management d’un autre temps » : « Les postes sont non pourvu (...) Les personnels permanents se voient interdits de préparer des concours et examens avec l’aide du SDIS. Un bon nombre se voit empêché de progresser dans leur carrière, occasionné par un manque d’anticipation et de compréhension de notre cadre réglementaire (...) Des coups bas et de la dévalorisation individuelle des personnels entrainent un climat de défiance jamais connu dans notre SDIS. » Un rassemblement est prévu dès 8h devant la direction du SDIS37 à Fondettes.

  • Protection de l’enfance

Les syndicats du Conseil Départemental ont pris l’habitude d’appeler à des rassemblements les jours de réunion des élus à Tours. Ce sera une nouvelle fois le cas avant la session programmée ce vendredi 26 avril. La manifestation est prévue à 9h15 avec un objectif : dénoncer l’éviction de l’association ADSE de l’appel d’offres pour la protection de l’enfance en Indre-et-Loire. Selon FO cela « met en péril 138 emplois immédiatement et à court terme la survie totale de l’Association et de ses 211 salariés de la Sauvegarde de l’Enfance. Les salariés, soutenus par leurs organisations syndicales FO et SUD, ont voté la grève illimitée pour le maintien de tous les emplois, de tous les postes, et de toutes les places pour les jeunes accueillis (112 actuellement dans les structures d’hébergement de l’ADSE). »

  • Motards

Un an après le dramatique accident d’un motard à Tours, la Fédération Française des Motards et Citoyens appelle à un rassemblement dès 18h Rue Emile Zola dans le but de protester contre la dangerosité de certaines routes. La FFMC s’insurge que l’assurance du motard fasse des complications pour verser des indemnités après l’accident alors que selon elle c’est clairement l’état de la chaussée qui était en cause.

  • Des enseignes éteintes de force en pleine nuit

Les militants antipub de Tours ont récemment bâché des écrans publicitaires en gare de Tours… Ce vendredi soir ils ont prévu un autre genre d’action, nocturne cette fois : l’extinction des enseignes lumineuses encore allumées en pleine nuit alors qu’elles sont censées être éteintes à partir d’une certaine heure. L'association Résistance à l’Agression Publicitaire estime que cela crée un gaspillage d’énergie, et dénonce globalement une pollution lumineuse des villes néfaste à la faune et à la flore, puisqu’il perturberait insectes ou oiseaux migrateurs. « Elle a un impact sur la santé humaine puisqu'elle crée des troubles du sommeil entraînant une baisse de production de mélatonine, pourtant vitale au bon fonctionnement de notre organisme » écrit encore le RAP qui passera à l’action dès minuit 30 Rue du Commerce. Il demande l’interdiction des écrans pub numériques ou l’extinction des enseignes lumineuses après fermeture des boutiques ainsi qu’en journée de 9h à 17h.