Tours

Le ministre de la culture aux journalistes : « à vous de vous battre pour la parité »

Franck Riester était à Tours ce vendredi.

Il y a des journalistes partout à Tours cette semaine car le site Mame accueille l’édition 2019 des assises de la profession. Elles ont commencé mercredi, et s’achèvent ce samedi avec un salon du livre de journalisme (accès gratuit pour tout le monde).

Au troisième jour de l’événement, le ministre de la culture Franck Riester est passé pour quelques échanges et un discours dans l’auditorium. On l’attendait sur la réforme de France Télévisions et de l’audiovisuel public en général après l’interview accordée au Journal du Dimanche du 10 mars... Finalement il n’en a pas dit un mot évoquant plutôt l’affaire de la Ligue du Lol : « j’ai été choqué par les révélations; Si les rédactions avaient été plus égalitaires, les victimes auraient eu moins peur de parler. Voilà pourquoi il faut que nous soyons combatifs dans la lutte contre les discriminations. A vous de vous battre pour plus de parité » déclare le représentant du gouvernement évoquant la signature toute récente (mercredi) d’une charte sur le harcèlement et les discriminations avec de grandes entreprises de presse.

Sous l’oeil de quelques Gilets Jaunes venus l’interpeller, Franck Riester a évoqué le climat de ressentiment contre les journalistes : « la défiance à l’encontre des médias s’est banalisée, elle vire parfois à la violence. Ces entraves à la liberté de la presse sont intolérables. Vous attaquer c’est attaquer à la démocratie. »

Comme Françoise Nyssen l’an dernier, son successeur s’est attardé sur le sujet des fausses informations saluant les démarches de Facebook ou de l’Agence France Presse (AFP Factuel) pour limiter la portée de ce qu’on appelle désormais les infox. Pour lui l’éducation aux médias est également capitale : il a annoncé le lancement d’un appel à projets national pour la lutte contre les fausses informations et pour comprendre le fonctionnement de la presse. Dernier grand enjeu abordé : la création possible d’un Conseil de Presse. Suggérée par plusieurs responsables politiques (comme Jean-Luc Mélenchon), sa fondation est actuellement à l’étude à la demande du gouvernement et c’est l’ancien patron de l’AFP Emmanuel Hoog qui est chargé de ce dossier.

Léa Péruchon avec Olivier Collet