Tours

Sanitas : Un projet de rénovation à 128 millions d'euros

Une réunion publique s'est tenue ce vendredi soir.

 

Il y a deux ans, la présentation du projet de rénovation du quartier du Sanitas avait attiré beaucoup de monde et la réunion avait été houleuse. A l'époque, beaucoup d'habitants découvraient l'ampleur du projet : plus de 400 logements détruits, des nouveaux bâtiments plutôt à destination de logements privés ou encore de nouveaux commerces. Les habitants s'inquiétaient du manque d'informations et du peu de concertation.

Depuis, Tours Métropole a tenté de rectifier le tir et a affiné son projet en mettant en place une maison du projet, des réunions aux pieds d'immeubles, ou encore via des consultations dans le quartier.

Pour autant, la démarche consultative ne satisfait pas tout le monde et ils sont plusieurs lors de la réunion à le faire savoir, qu'ils soient représentants d'associations ou particuliers. "On peut faire mieux" acquiesse Wilfried Schwartz en évoquant les horaires d'ouverture de la Maison de projets.

Pour autant le vice-président de Tours Métropole, évoque un projet revu grâce à l'apport des habitants. Parmi les exemples cités, celui du maintien des deux écoles Kleiber et Marie Curie qui seront reconstruites, alors que le projet initial prévoyait un rassemblement. Autre apport des habitants : la rénovation de l'école Michelet.

472 logements sociaux détruits

Dans les grandes lignes, le projet de requalification du quartier reste le même néanmoins avec un objectif d'augmenter la mixité sociale. Alors qu'aujourd'hui le Sanitas comprend 93% de logements sociaux, demain ce taux tombera à 80%. Pour y arriver ce sont 472 logements qui seront détruits, plus que le projet initial qui en prévoyait 430. A contrario, 409 logements privés verront le jour dans ce quartier de près de 9000 habitants au revenu médian inférieur à 8000 euros par an.

Pour les habitants touchés par ces destructions et forcément inquiets, le directeur de Tours Habitat l'affirme : "Personne n'est chassé, chacun se verra proposé un logement dans le quartier ou ailleurs s'il le souhaite". Tours Habitat s'engage par ailleurs à prendre en charge tous les frais liés au déménagement. A noter aussi qu'autant de logements sociaux seront reconstruits dans la métropole dans d'autres quartiers.Le but étant "de favoriser la mixité" a rappelé Christophe Bouchet.

Un projet à 128 millions d'euros

Mais le projet ne s'arrête pas qu'à la question du logement, c'est d'ailleurs pour cela qu'il a séduit l'ANRU selon la Préfète d'Indre-et-Loire et le Maire de Tours. De nouveaux équipements publics doivent voir le jour et le quartier se trouvera transformé à terme. Parmi ce qui va changer : une nouvelle centralité au niveau du Hallebardier qui deviendra le coeur commerçant du quartier, la création de nouvelles voies de passages dans le secteur Saint-Paul ou encore la création de nouveaux gymnases sensés remplacés les activités qui se déroulent actuellement à la Rotonde, dont le gymnase est condamné.

Ce projet d'un coût total de 128 millions d'euros sera financé à hauteur de 41% (soit 47 millions d'euros) par l'ANRU. La Métropole mettra de son côté 19 millions d'euros, le reste étant financé par la ville de Tours, la région Centre-Val de Loire ou Tours Habitat.

Ce projet doit débuter fin d'année 2019 avec les premières destructions sur le secteur Saint Paul. Par la suite il doit s'étaler sur 10 ans avec le secteur Rotonde qui sera le dernier concerné selon le planning (non définitif) annoncé.

A noter qu'un site est dédié au projet : maisondeprojets.tours-metropole.fr

Mathieu Giua

Le détail du projet par secteur :