Tours

[#RE-MIAM] Le Café Contemporain, toujours moderne ?

De retour au restaurant du CCC OD.

Vous connaissez sans doute déjà notre rubrique #MIAMessentiellement consacrée aux nouveaux restaurants tourangeaux, ou à l'actualité gastronomique du département. Quand on découvre une table, en général, on s'y rend peu de temps après l'ouverture. Mais qu'est-ce qu'il se passe après ? Est-ce toujours aussi bon, ou pas ? La cuisine (et les prix) ont-ils évolué ?

Parce que le monde de la restauration est en perpétuel mouvement, et que l'on est toujours plus exigeant lors d'une nouvelle visite, régulièrement, nous vous proposerons une seconde critique dans des restaurants que nous avons testés quelques mois plus tôt. Des endroits où l'on a eu envie de revenir... pour le meilleur ?

Le Centre de Création Contemporaine vient d’inaugurer sa nouvelle exposition, un labyrinthe artistique dans la grande Nef. Mais le saviez-vous ? Juste avant de passer le portillon, l’escalier situé sur votre droite mène au café de l’établissement artistique. Oui, vous devez le savoir… ou peut-être que vous aviez oublié.

Accessible sans billet d’entrée, le Café Contemporain a ouvert en même temps que le CCC OD en mars 2017. Il y a une salle tout près du comptoir et une autre – un peu plus calme – de l’autre côté du bâtiment, avec une vue plongeante sur la Nef. Un autre angle pour observer les expos. On peut venir là pour boire un verre, ou pour déjeuner. Et puis l’été dernier quelques tables ont été ajoutées en terrasse côté Rue Colbert, au cœur du jardin François Ier. Au calme, un bon plan.

Lors de nos précédents passages sur place, on avait été agréablement surpris par la créativité des plats et la justesse des saveurs. Des recettes bistronomiques très végétales, avec des présentations colorées et des assortiments pertinents. Et apparemment c’est toujours le cas : salade retour du marché à base de radis, boulettes de viande-brocolis-courges rôties-noisettes grillées et parmesan dans un bouillon de volaille, cookie, tarte au citron, saumon-courge-riz japonais-yaourt harissa-radis… Voilà quelques exemples de propositions figurant sur la (courte) carte ces dernières semaines.

Tout récemment, on a justement opté pour la poke bowl comprenant les boulettes de viande avec leur garniture de saison : un plat élégant, nourrissant avec du bon pain de campagne, un verre de blanc du Pays d’Oc satisfaisant et la petite tarte au citron à laquelle on faisait référence dans le paragraphe précédent. La commande se fait au comptoir, le service est rapide et souriant mais – on préfère prévenir – la note peut surprendre : une vingtaine d’euros pour le plat et le dessert, sans compter le vin. Vous pourrez tout de même opter pour des petits sandwichs ou autres options, également avec des produits qualitatifs, de saison, bien sourcés. Au fait, l’endroit est ouvert dès le mercredi midi et il organise des brunchs le dimanche !