Tours

Les rêves du maire de Tours pour le haut de la Rue Nationale

Un amphithéâtre vers la Loire, un bâtiment jumeau de la bibliothèque et moins de voitures.

Au printemps 2018 le maire de Tours avait annoncé une mise en pause du projet Porte de Loire avec l’objectif de l’élargir, autrement dit d’imaginer de nouveaux travaux à programmer dans les environs du Pont Wilson, de la fac des Tanneurs et du haut de la Rue Nationale. Conséquence de cette décision politique : le chantier des hôtels Hilton, des commerces et des logements programmés autour de la ligne de tram est resté à l’arrêt total. Après 2 ans sans le moindre coup de pelle, les choses semblent prêtes à bouger…

Le feuilleton du projet Porte de Loire est à découvrir dans nos articles précédents

Lors d’une conférence de presse convoquée ce mardi 29 janvier, Christophe Bouchet a dévoilé ses nouvelles intentions. Fini le projet d’un grand hôtel 5 étoiles face à la Loire dans un bâtiment symétrique à la bibliothèque centrale. Même si l’idée n’est pas enterrée à 100%, elle n’est plus du tout à la Une du dossier. La communication insiste sur la création de vastes espaces publics pour relier l’hyper centre de Tours à la Loire. Le projet des hôtels Hilton (3 étoiles d’un côté, 4 étoiles de l’autre) n’a pas bougé d’un millimètre. Les deux établissements seront toujours composés de 100 et 70 chambres avec des tours de 7 étages en façade côté Nord, 4 000m² de boutiques seront aménagés au rez-de-chaussée et des dizaines de logements construits à proximité immédiate.

A côté de ça, la Place Anatole France que l’on connait aujourd’hui est amenée à connaître une transformation radicale… L’Agence TER – et son représentant Henri Bava – ont présenté des visuels sur lesquels on découvre un vaste parvis et une sorte d’amphithéâtre qui descend vers la Loire. Adieu les parapets et les escaliers raides, place à des marches douces, de la végétalisation, et des rampes pour les personnes à mobilité réduite. Et ce de chaque côté du Pont Wilson. Une fois arrivée au bord de l’eau, des pontons permettront d’embarquer sur les bateaux en balade sur le fleuve. Légèrement déplacée, la guinguette devrait garder une place centrale dans le projet.

Quel projet pour le bâtiment jumeau de la bibliothèque ?

A cela s’ajoute la construction d’un bâtiment jumeau à celui de la bibliothèque centrale, « dans l’esprit de ce qu’avait imaginé l’architecte Pierre Patout » au moment de construire le temple tourangeau du livre. Son architecture n’est pas connue, et son utilité non plus. Hôtel ? Musée ? Restaurant ? Espace culturel ? Le maire se refuse à tout commentaire, expliquant qu'un concours d'architecture sera lancé, mais tout juste suggère-t-il qu’il aura une vocation de « rayonnement », qu’il pourrait devenir un bâtiment signature – voire LE bâtiment signature de Tours – et que l’aménagement de logements n’y est pas souhaité.

Ce n’est pas tout : entre la fac des Tanneurs et le quai du Portillon, une passerelle dédiée à « une » circulation douce traversera la Loire du Sud vers le Nord via l’Île Simon. Déjà évoqué dans le cadre de la consultation Envies de Loire, ce projet semble donc confirmé. D’ailleurs, l’ensemble du plan présenté par la municipalité s’inspire des travaux des architectes italiens qui avaient remporté le 1er concours Envies de Loire… La descente en pente douce vers la Loire, c’est eux qui l’avaient imaginée.

Les visuels d'Envies de Loire

Ce plan ambitieux est chiffré : 10 millions d’euros (hors construction des hôtels, des commerces et des logements). Réalisation envisagée : « dans 10 à 15 ans » dit Christophe Bouchet (si une nouvelle équipe municipale ne le remet pas en cause d’ici là, ce qui n’est pas impossible). Le maire précise bien que toutes les options mises sur la table en ce moment sont « non contractuelles », donc soumises à modifications (ne serait-ce que l'architecture du bâtiment qui fera la symétrie avec la bibliothèque.

2 voies de circulation en moins pour les voitures

Validées par principe par les services de l’UNESCO ou l’Architecte des Bâtiments de France qui les jugent « cohérentes et acceptables », elles vont devoir être affinées avec les différents services de l’Etat et la population. Il faut dire qu’il y aura des changements dans le quotidien, comme le passage de 4 à 2 voies du Quai Malraux et des Tanneurs, imaginé par les architectes (avec une zone limitée à 20km/h sur la place). Pour que la pilule passe, l’élu envisage d’abord un axe à 3 voies, puis à 2. Il ajoute aussi que le parking souterrain sera conservé en l’état, et que dans l’idée la circulation perdurera sur le Pont Wilson.

Si l’ensemble de ces réalisations voit le jour, le maire de Tours assure que ce quartier sera « un moteur de l’attractivité de la ville avec un équilibre entre l’urbain et la tranquillité. » Henri Bava de l’Agence TER évoque lui « un classicisme moderne » en s’appuyant sur des travaux déjà réalisés par son entreprise pour Nantes ou Toulouse, déjà au bord de l’eau.

Inauguration des Hilton au printemps 2021

« Le travail rendu justifie la pause, on ne va pas se priver de faire ambitieux et audacieux » plaide Christophe Bouchet qui annonce au passage le début des travaux de la première tranche du haut de la Rue Nationale avant le 15 février. Vendus le 21 décembre pour 12,65 millions d’euros, les terrains sont désormais la propriété d’une société civile immobilière (SCI) composée de 4 actionnaires. Hilton a par ailleurs confirmé son accord pour apposer sa marque sur les futurs bâtiments dont l’inauguration est programmée « au printemps 2021 » avec au moins 2 ans de retard sur le calendrier initial. Mais seulement pour le complexe hôtels-commerces. Les logements seront eux livrés au mieux en 2022, notamment parce qu’il faut encore faire des fouilles archéologiques (et détruire les vieux bâtiments toujours sur pied).

Olivier Collet

PS : Même s’il n’est pas officiellement à l’ordre du jour du prochain conseil municipal programmé lundi 4 février, nul doute que le sujet sera abordé par les élus en séance car c’est le plus gros feuilleton politique de la ville depuis 2014. Jusqu’ici c’était quasiment un fiasco, à voir si désormais tous les éléments sont réunis pour clore les polémiques.