Tours

Ces deux étudiants savent exactement quoi faire avec votre vieil ordinateur

Leur idée a été primée lors d’un grand concours national.

Paul Balavoine et Jonas Riolland sont ce qu’on appelle des étudiants entrepreneurs. Le 1er est en licence de droit, le second en licence de gestion. En parallèle, ces deux jeunes élèves de l’IAE de Tours ont créé une société : E-Recup, avec l’ambition de donner une seconde vie aux ordinateurs défectueux. L’idée plait : le jury du prix Créa’Campus et celui du prix Pépite ont craqué et les ont récompensés. Alors que le Palais des Congrès Vinci de Tours accueille ce jeudi son 1er salon centré sur l’économie numérique tourangelle, intéressons-nous en détails à ce projet avec Paul, 22 ans…

 

E-Recup c’est quoi ?

C’est un réseau de récupération et de valorisation de matériel informatique usagé, ce que l’on appelle les DEEE, les déchets électriques et électroniques. Nous voulons éviter qu’ils soient maltraités : aujourd’hui, ils sont repris pour en extraire les métaux précieux, une opération dont le modèle économique nécessite de traiter énormément de volume pour obtenir une quantité infime de métaux. Pas tellement en France, mais surtout à l’étranger. Et c’est très polluant. Nous souhaitons donc contrer cette catastrophe écologique en revalorisant les contenus internes des ordinateurs encore utilisables. Nous les récupérons, puis nous les revendons sur le marché de seconde main.

Comment fonctionnez-vous exactement ?

On fait ce que l’on appelle un éclatement de produit… Quand on nous donne un ordinateur, on le démonte et on teste les composants comme le disque dur ou la carte mère pour voir si on peut encore les utiliser. Si c’est le cas, nous les rendons vierges de toute donnée – sans rien extraire – et après on peut les remettre en vente à un coût défiant toute récurrence. Pour nous c’est une première étape : à terme, nous espérons commercialiser nos propres produits finis, comme un ordinateur complet, fonctionnel, assemblé avec des pièces de seconde main. Cela rendrait l’informatique plus accessible, surtout quand on voit le prix des ordinateurs aujourd’hui.

Vous ne travaillez que sur des ordinateurs ?

Pour l’instant oui. Mais plus tard on pourrait s’intéresser aux imprimantes ou au petit électroménager.

Et ce que vous ne pouvez pas réutiliser, ça devient quoi ?

On le cède à une entreprise qui fait du recyclage des ces composants en aluminium ou en plastique.

Aujourd’hui la revente c’est votre seul moyen de gagner de l’argent ?

Exactement.

Et comment ça marche ?

En un an nous avons récupéré une boîte de collecte complète à Chambray-lès-Tours à laquelle s’ajoutent des ordinateurs déposés directement chez nous. Cela représente une centaine d’unités.

Comment organisez-vous votre activité et quels sont vos ambitions ?

Nous avons le statut d’étudiant entrepreneur, nous travaillons en parallèle des cours – sans en louper. Cela demande une certaine organisation pour l’emploi du temps car, plus on se développe, plus c’est intense. A terme, on espère disposer de points de dépôts dans toute l’agglomération tourangelle, notamment dans les grandes surfaces pour être près des utilisateurs. On voudrait également travailler avec les entreprises pour récupérer leurs parcs informatiques obsolètes. Et nous sommes actuellement en mode démarchage pour y parvenir.

 

Les boîtes de collecte d’E-Recup sont disponibles dans les magasins Biocoop de Tours Nord et Chambray-lès-Tours.