Tours

Le remaniement continue à la mairie de Tours

Cette fois elle concerne l'adjoint à la sécurité.

Un vrai feuilleton politique ce début d'année à la mairie de Tours... Résumé des épisodes précédents :

Sans lien avec cette affaire, un nouvel homme fort de l'équipe de Christophe Bouchet change subitement de fonction ce lundi 7 janvier, et on l'apprend par un communiqué de presse.

Promu adjoint à la sécurité en octobre 2017 lorsque Christophe Bouchet est devenu maire, Henri Rousseau avait récupéré cette délégation auparavant occupée par Olivier Lebreton, devenu porte-parole de la municipalité. L'homme ayant déjà eu des fonctions liées à la sécurité, c'était relativement logique. Mais voilà, il faut désormais parler au passé.

Pour 2019, Henri Rousseau sera "médiateur" au sein de l'équipe municipale. Son rôle est défini ainsi : "Le contexte actuel particulièrement agité nécessite l’intervention d’un professionnel qui aide à renouer le dialogue afin de trouver des solutions durables. Il s’agit ici de renforcer la cohésion sociale et de bien comprendre la relation aux citoyens tourangeaux. Par ailleurs, Henri Rousseau connaît très bien ce sujet. Il a été citoyen volontaire pendant six ans, jusqu’en 2014 au commissariat de Tours afin de faire de la médiation dans les conflits de voisinage." Pas de précisions sur la façon dont il mènera sa mission, ni des actions concrètes envisagées sur les 15 prochains mois avant les élections municipales de 2020.

Présentée ici comme une avancée pour la population, cette modificiation de la mission d'Henri Rousseau peut aussi être vue comme une rétrogadation politique. Ainsi, dans le même communiqué de la ville, on apprend que le maire Christophe Bouchet reprend la gestion de la police municipale en direct. Malgré un agenda déjà bien chargé. Pas banal d'autant que sa situation est délicate : un nouveau directeur vient d'arriver, la suppression de la brigade moto a suscité des remous dans l'équipe et il y a eu une grève au moment de Noël.