Tours

En Ligue des Champions, le TVB bouscule Pérouse puis perd pied

Le reportage photo d’Info-Tours.fr.

Que ceux qui s’attendaient à une défaite sèche du TVB contre les Italiens de Pérouse ravalent leur chapeau. Mercredi soir, les volleyeurs tourangeaux recevaient le club favori de leur poule pour leur 2ème match de Ligue des Champions de la saison. Avec 3 coupes européennes dans son armoire à trophées, 4 championnats du monde des clubs et autant de titres de champion d’Italie, le club coaché par Lorenzo Bernardi était ultra favori. Ça tombe bien, Tours aime titiller les gros.

Dans le premier set, face une salle Grenon pratiquement pleine et un groupe de supporters bien chaud, Pérouse met en marche sa machine rapidement et garde à distance les coéquipiers de Nathan Wounembaina. Tours court après le score pendant toute cette première manche, sans pour autant priver son public de beaux gestes. Les Italiens l’emportent 25-19.

Le TVB comme une machine en seconde manche

C’est après que ça devient très intéressant… De nouveau mené à l’entame du second set, Tours parvient à inverser la tendance et même, mieux, à prendre le large avec de l’énergie, du culot, de la vitesse et de la réussite. Plus brouillon, déconcentré, Pérouse semble perdre un peu pied face à une équipe ligérienne soudée et tactique. Le résultat est sans appel : 25-16 pour les hommes de Patrick Duflos.

Dans le 3ème set, le début de partie est équilibré mais Pérouse finit par être plus réaliste, plus costaud que Tours et parvient à reprendre le contrôle du match. 25-19 en faveur des visiteurs.

Dans le 4ème set, sur le terrain comme en tribune, on se prend vite à rêver d’un tie break. Comme dans la deuxième manche, Tours est méthodique, précis, rapide et efficace. Bien aidé par Teryomenko (19 points) et Wounembaina (16 points) il prend une avance de 5 points… avant de trébucher. Là, face aux services moins adroits, aux erreurs et aux fautes, Pérouse profite de la faille, s’infiltre et colonise le jeu. Diabolique au service, le club italien remonte, recolle, sauve une balle de set et plie le match dans la foulée (27-25, 3-1).

Un temps debout, Grenon se rassoit et se vide un peu sonnée… Frustrée de ne pas avoir eu droit au dernier set décisif qui aurait pu tout changer. Nathan Wounembaina ne dit pas autre chose : « on aurait pu faire quelque chose ce soir donc il y a un petit goût amer. Je suis déçu car quand le match a commencé on a su qu’on pouvait faire quelque chose mais on a perdu le 1er set ce qui prouve que l’on n’était pas assez prêts. »

« C’est bon signe que les joueurs soient frustrés »

Dans la foulée, Patrick Duflos ne blâme pas son équipe : « je n’ai rien à reprocher aux joueurs. Ils ont donné le maximum. On a plus que rivalisé avec cette équipe malgré des moments difficiles. On a été surpris par leur puissance mais on a bien réagi : mettre 25-16 à cette équipe dans le 2ème set ce n’est pas évident. Il suffisait d’une faute de plus de leur part au service et ça suffisait pour aller au 5ème set. Mais sur la fin ils ne font quasiment pas de fautes tout en prenant beaucoup de risques, ils sont très efficaces, c’est la marque des grandes équipes. On ne pouvait pas rivaliser physiquement, il fallait donc ne pas lâcher et se battre. Et à chaque fois on a su réagir, et c’est bon signe que les joueurs soient frustrés : ça montre qu’ils avaient envie et qu’on n’était pas si loin. »

Le TVB va maintenant devoir récupérer vite, car il affronte Nice dès ce week-end en championnat. Le retour de la Ligue des Champions à domicile est lui programmé pour le mardi 12 février (Moscou) et le mercredi 27 février (Izmir).

Olivier Collet / Photos : James Techer