Tours

Antiquaire, fleuriste, salon de thé : commerce 3 en 1 Rue du Grand Marché

On peut repartir avec la chaise sur laquelle on s’est assis pour boire.

Il y a quelques semaines, on vous parlait de la nouvelle (bonne) idée de Nanza, Rue Blaise Pascal : un espace salon de thé où tout est à vendre, des tasses aux tables en passant par les chaises, les objets étant l’œuvre de petits artisans. Voici maintenant un concept similaire, ouvert depuis octobre Rue du Grand Marché : au Stand 17, on peut aussi repartir avec la table, les chaises ou la vaisselle… sachant qu’il s’agit d’objets chinés par un antiquaire professionnel.

L’antiquaire en question, c’est Alexandre, associé avec son épouse Clémence, fleuriste. Lui est exubérant et hyperactif, elle plus réservée mais pas moins créative. Titulaire d’un CAP qu’elle vient de réaliser à Fondettes, l’ouverture de ce commerce lui offre la possibilité de travailler avec son mari et de tester un triple concept original, à savoir une boutique où l’on peut à la fois boire un café-thé-jus bio, commander une composition florale et craquer pour un canapé très années 70.

Des fleurs françaises, voire locales

Le Stand 17, forcément au N°17, a pris la place d’une école de céramique et de poterie. Après plusieurs mois de travaux, on y découvre de larges espaces lumineux richement décorés (surtout en cette période de Noël), le tout organisé autour de la petite cour qui sera parfaite pour se poser au calme quand il fera un peu plus chaud.

« Presque toutes les fleurs vendues ici viennent de France, voire d’Indre-et-Loire, et ne sont pas traitées » insiste Clémence, qui commercialise actuellement des compositions séchées en attendant le retour des fleurs fraîches (les fleurs séchées se gardent plusieurs mois, et parfois plus d’un an, d’après la commerçante).

Des ateliers et des cours de cuisine en 2019

Pour les prix : de 10 à 80€ selon la composition : « les broches sont à 12€ » indique la responsable des lieux qui a également conçu quelques décorations de Noël. Pendant ce temps, Alexandre chine « principalement des objets datant des années 40 à 90, parfois plus anciens. Il chine dans les dépôts-vente, les salles de vente, un peu partout. Parfois il achète à des clients. Et ce sont des objets rares, signés pour la plupart, comme une chaise Michel Cadestin réalisée pour le Musée Beaubourg (Paris) ou un canapé Joseph-André Motte.

Un peu caché entre les bars du quartier, Stand 17 compte sur son concept original pour se démarquer avec des nouveautés chaque semaine et des vitrines renouvelées très régulièrement. Ouverte en journée du mardi au samedi, la boutique vend même directement via Instagram. En 2019 elle accueillera des cours d’art floral ou des ateliers pour apprendre à confectionner des gâteaux parfumés aux fleurs.

Olivier Collet