Tours

L’élan de solidarité « formidable » pour la Banque Alimentaire de Touraine

Les denrées collectées devraient être plus importantes qu’il y a un an.

De vendredi à dimanche, la Banque Alimentaire de Touraine a mobilisé 1 500 bénévoles dans une centaine de magasins d’Indre-et-Loire à l’occasion de sa grande collecte nationale, celle qui lui permet de renflouer ses stocks de produits non périssables à redistribuer aux plus démunis.

En 2017, 120 tonnes avaient été récupérées en 2 jours et demi. Pour 2018, le président départemental de l’association s’inquiétait – sur Info Tours – d’une possible baisse de ce chiffre en lien avec la mobilisation des Gilets Jaunes. Quand on l’appelle ce lundi, Dominique Cochard est « débordé » mais rassuré : « on n’a pas eu d’impact négatif. On a pu accéder sans soucis à tous les magasins. On pourrait même dire qu’il y a eu un bel élan de solidarité car les chiffres que l’on voit rentrer au fur et à mesure sont bons, voire très bons. »

Si le bilan définitif ne sera connu qu’en milieu de semaine, le responsable de la Banque Alimentaire peut d’ores et déjà annoncer que « on est certainement sur le tonnage de l’année dernière, voire un peu plus. Les Tourangeaux ont largement répondu à notre appel. Dans une grande surface de Tours on a fait +27%, une tonne de plus que l’an dernier soit 4 300 kilos recueillis sur le week-end. Les bénévoles ont tous le sourire. »

Mais l’association n’en oublie pas pour autant ses difficultés, elle qui doit libérer son grand entrepôt de St-Pierre-des-Corps d’ici le 30 juin pour le rendre à la SNCF. Afin d’alerter sur l’urgence de trouver un nouveau local, Dominique Cochard avait donc convié plusieurs élus à visiter ses installations ce lundi, en plein boom post collecte. Parmi eux : Jean-Gérard Paumier – président du Conseil Départemental – ou le député de Tours Philippe Chalumeau.

Une piste de solution a émergé : l’hypothèse de mutualiser les trois réseaux d’aide alimentaire d’Indre-et-Loire (Banque Alimentaire, Restos du Cœur et Secours Populaire) afin de créer « un pôle où l’on pourrait se mettre tous ensemble puisque l’on travaille sur un même objectif, à savoir lutter contre le gaspillage alimentaire. » Un projet qui ne se mettra pas en place tout de suite, de nombreuses réunions auront lieu avant sa concrétisation, mais cela pourrait constituer une réelle avancée. En attendant, l’association devra quand même trouver des locaux provisoires.

Olivier Collet

Photo : Philippe Chalumeau avec les bénévoles de la Banque Alimentaire – cliché de l’équipe du député