Tours

1 500 bénévoles prêts pour la collecte de la Banque Alimentaire de Touraine

Elle aura lieu vendredi, samedi et dimanche.

Si vous faites vos courses vendredi, samedi ou dimanche en Indre-et-Loire et que vous allez dans un supermarché vous tomberez sans doute sur les bénévoles de la Banque Alimentaire de Touraine. Comme chaque année à la fin du mois de novembre, l’association qui collecte et redistribue des denrées non périssables au profit des plus démunis s’invite dans les magasins pour faire appel à la générosité des clientes et des clients afin de récupérer des pâtes, des boîtes de conserve, des briques de soupe, des gâteaux, des produits d’hygiène…

« L’opération 2018 est bien enclenchée, avec une équipe rodée » nous explique le président départemental de la Banque Alimentaire, Dominique Cochard : « cette année nous avons une bonne participation des magasins, nous serons présents dans 110 supermarchés. Certaines entrent dans le circuit et d’autres en sortent mais ça reste dans le même ordre, c’est donc bon signe. »

Objectif : 120 tonnes collectées en 3 jours

Pour repérer les équipes de la Banque Alimentaire, c’est simple : elles seront à l’entrée pour distribuer des flyers listant les besoins de l’association, et à la sortie des caisses avec leurs caddies pour récupérer les dons : « nous allons avoir 1 500 bénévoles à la fois dans les magasins et pour s’occuper de la post-collecte, faire le tri » poursuit Dominique Cochard. Bonne nouvelle pour le président : « cette année plusieurs sociétés et associations nous rejoignent, et pas les mains vides. Par exemple Unis Cités fournit 60 bénévoles, GRDF nous envoie une équipe et organise une collecte interne… On peut aussi citer EDF ou la SNCF. Ces structures seront plus nombreuses que l’an dernier, donc c’est bien. »

La plus grande inquiétude de la Banque Alimentaire de Touraine c’est le climat social, alors que les Gilets Jaunes ont déjà manifesté deux samedis de suite : « on espère que les gens ne feront pas d’amalgame entre les manifestations et nos besoins. Cela pourrait compromettre le tonnage collecté. » Alors que la somme des aliments récupérés chaque année progresse, l’association espère au moins maintenir le résultat de 2017 pendant ces 3 jours de mobilisation, soit 120 tonnes sur l’ensemble du département.

Un grand hangar à trouver pour le stockage des aliments

Cette collecte est d’autant plus importante que la Banque Alimentaire voit ses dons baisser ces derniers mois de la part des supermarchés : « ils sont dans le zéro-gaspi, donc ils réduisent la casse » remarque Dominique Cochard qui envisage de se tourner vers les maraîchers ou les industriels de l’agro-alimentaire afin de récupérer des aliments invendus et ainsi maintenir ses capacités de distribution.

Autre problème à régler pour l’association : elle va d’ici quelques mois devoir rendre un local prêté par la SNCF sur St-Pierre-des-Corps et n’a pas encore trouvé de solution de repli. Elle mobilise donc les pouvoirs publics (Conseil Départemental, Tours Métropole…) pour dénicher une solution qui ne plombe pas ses finances. Plusieurs élus sont attendus dans ses locaux le 3 décembre, juste après la collecte hivernale, afin de se rendre compte des besoins. En revanche, au niveau personnel, la Banque Alimentaire assure le coup : « nous venons de pérenniser un emploi en CDI grâce à un financement de la région, un service civique s’apprête à démarrer et on va peut-être avoir des personnes orientées par la justice via les travaux d’intérêt général. On essaie de chercher des solutions » conclut Dominique Cochard.

Olivier Collet