Tours

Déjà plus de 60 000 dossiers médicaux partagés en Indre-et-Loire

Le carnet de santé du futur vient d’être étendu à tout le territoire.

Il y a quelques jours, la ministre de la santé a confirmé l’extension à toute la France du Dossier Médical Partagé (DMP), une sorte de carnet de santé en ligne où l’on peut consulter ses remboursements, l’historique de ces traitements ou de ses analyses médicales, ses derniers comptes-rendus d’hospitalisation… Tout ça, ça fait plus d’un an et demi que c’est testé en Indre-et-Loire : « 11,7% de la population a ouvert un DMP, cela fait plus de 60 000 personnes » explique le directeur de l’Assurance Maladie dans le département Thierry Lefèvre ajoutant que « 60% des établissements de santé ou des Ehpad alimentent les dossiers au fil des consultations. »

Car avoir un DMP ça ne sert pas à grand-chose s’il est vide. L’enjeu de la sécu est donc de convaincre patientes et patients de le mettre à jour avec les professionnels de santé : « c’est notamment conseillé si vous suivez des traitements importants ou que vous avez des allergies. En cas d’hospitalisation cela permettra de savoir si on peut vous donner certains médicaments ou s’ils sont contre-indiqués pour vous » explique Thierry Lefèvre qui avance donc l’argument d’un gain de temps en cas d’urgence.

Proposé aux adultes comme aux enfants, le DMP peut s’ouvrir directement sur le site dmp.fr ou alors en allant en pharmacie, vous pouvez aussi le fermer à tout moment. Par ailleurs, on peut en ouvrir pour ses enfants, et ils décideront de le garder ou non à leur majorité : « c’est sécurisé avec un identifiant personnel un mot de passe et un identifiant à usage unique que l’on reçoit par SMS ou mail au moment de la connexion » précise Thierry Lefèvre quand on lui pose la question de la protection des données. A noter que les informations peuvent être conservées à vie, sauf si on les retire.