Tours

Démocratie locale à Tours : la ville tente de séduire les jeunes

Elle veut transformer les Conseils de Vie Locale vieillissants.

Il y a quelques paradoxes dans la vie politique locale : on entend souvent dire que les Tourangeaux ne sont pas assez écoutés, pas assez impliqués dans les décisions de la municipalité. Et pourtant, aux réunions publiques, lors des vœux et même aux réunions des 4 Conseils de Vie Locale (Est, Ouest, Nord et Sud) conçus pour prendre en compte les opinions des électeurs et investir dans des projets de quartier il n’y a pas foule. Ou alors ce sont toujours les mêmes qui s’impliquent, et pas nécessairement les plus jeunes. Parce que beaucoup n’ont pas le temps, voire ne sont même pas au courant de ces rendez-vous.

Un questionnaire à remplir en 5 minutes

L’équipe du maire Christophe Bouchet semble avoir vu qu’il y avait un problème et entendu le message. Afin de se rapprocher (un peu) des électeurs, elle va mettre dans les prochains mois un coup de balai au dispositif actuel pour le rendre plus efficace, plus inclusif, plus universel. « Les CVL comptent normalement une quarantaine de membres tirés au sort sur les listes électorales ou sélectionnés sur la base du volontariat. Quand on en a une vingtaine aux réunions, on est contents. « Les CVL c’est un modèle qui a 15 ans. Entre temps la société a évolué » explique la première adjointe Marion Nicolay-Cabanne, un peu résignée.

La dernière équipe des CVL arrivant au bout de son mandat de 2 ans, la mairie de Tours en profite pour remettre en cause le système. Légalement, elle sera toujours obligée de disposer de conseils de quartier mais leur forme ou leur nombre sont libres, « tout est donc envisageable » poursuit l’élue Les Républicains qui affirme ne pas avoir d’idée préconçue sur le dispositif à mettre en place, même si elle a déjà été voir ce qui pouvait se faire dans d’autres villes (comme Rennes ou Orléans) et a récemment assisté à un salon à Lyon où des solutions autour de la démocratie participative étaient présentées.

Objectif : mettre en place la réforme en mai ou juin

Souhaitant s’appuyer sur des expériences récentes et jugées positives comme la consultation Envies de Loire ou celle sur les rythmes scolaires, la ville de Tours va lancer lundi 5 février un questionnaire pour demander aux habitants de quoi ils ont envie : des réunions physiques, des dispositifs numériques... Plusieurs directions sont possibles : « on va récolter les avis et envies pour savoir comment la démocratie doit être organisée dans la ville » poursuit Marion Nicolay-Cabanne.

Le questionnaire, qui se remplit en moins de 5 minutes, sera disponible en version papier à la mairie centrale, dans les mairies annexes et au centre de vie du Sanitas mais il sera surtout possible de le compléter en ligne depuis le site de la ville. Chacune et chacun pourra faire cette démarche jusqu’au 15 mars et en même temps s’inscrire pour participer aux ateliers de réflexion prévus le samedi 24 mars afin de rendre les propositions concrètes d’ici le moi de mai, juin au plus tard.

Des outils numériques pour la démocratie ?

Si la première adjointe veut rebooster la forme de la démocratie locale, elle rassure sur le fond : le dispositif actuel sera conservé si une part importantes de personnes assurent qu’il a son importance. Par ailleurs, le budget de 80 000€ alloué aux projets venant des CVL ne bougera pas en 2018, mais il pourrait être élargi : « le CVL Sud a proposé de mettre au point un chemin de randonnée pour découvrir le quartier mais aujourd’hui il ne peut pas financer de dépliants pour en faire la promotion. Cela peut peut-être changer en autorisant aussi les CVL à faire des dépenses de fonctionnement » suggère Marion Nicolay-Cabanne.

La ville de Tours étudie enfin la possibilité d’une application dédiée à la démocratie locale ou la création d’un budget participatif, un système qui fonctionne très bien à Rennes et qui débute pas mal à Orléans (100 000€ pour des projets proposés puis sélectionnés par les Orléanais). De quoi capter les populations actives (jeunes, familles...) qui ne sont aujourd’hui pas passionnées par le modèle de démocratie locale proposé ?

 

Réunon sur la démocratie locale lundi 5 février à 18h30 en mairie centrale, à la salle des fêtes.