Tours

Stationnement à Tours : gare aux changements

Les nouvelles règles entrent en vigueur ce mardi.

Ça fait partie des changements de la nouvelle année, avec la hausse de la CSG ou des taxes sur le diesel : les nouvelles règles du stationnement payant. Si une chose est bien certaine, c’est que les dispositions qui entrent en vigueur ce mardi à Tours ont déclenché beaucoup de réactions – en grande majorité hostiles – de la part de nos lectrices et lecteurs suite à la publication de nos précédents articles sur le sujet (ici ou ). Si vous avez raté les épisodes précédents, voici un petit résumé en 3 actes…

  • L’amende de 17€ disparait…

…Elle est remplacée par un Forfait Post Stationnement, ou FPS. A Tours, il est de 25€ ou 20€ si vous le réglez dans les 48h (ce sera possible par Internet). Vous risquez de devoir le régler si vous n’avez pas payé votre parcmètre ou si vous avez dépassé le temps imparti. Il est bon de savoir que ce ne seront plus les agents de la ville qui verbaliseront les véhicules mais les salariés d’une entreprise privée, SAGS. Une équipe fera sa tournée dans les rues le matin, une autre prendra le relais l’après-midi (une quinzaine de personnes ont été recrutées). La mairie incite par ailleurs son prestataire à signaler à la police municipale les véhicules mal garés passibles d’une amende de 135€.

  • Hausse des prix du stationnement

Jusqu’ici, il fallait compter 1€70 de l’heure dans l’hyper centre de Tours. Désormais, ce tarif augmente et passe à 1€90, soit 3€80 les 2h au lieu de 3€40. Avant la mise en place de la réforme, en théorie, on ne pouvait pas rester à sa place plus de 2h. C’est toujours le cas en 2018, ou presque… Dans l’absolu vous avez la possibilité de vous garer pendant 3h mais les prix augmentent très fortement : 7€ les 2h15, 15€ les 2h30, 20€ les 2h45 et 25€ les 3h, soit le prix de l’amende (le FPS). Selon la ville, ces tarifs sont volontairement dissuasifs afin d’encourager les conducteurs qui veulent rester longtemps à privilégier les parkings souterrains.

A noter que les horaires du stationnement payant ne changent pas : de 9h à 18h30 avec gratuité de 12h à 14h. En revanche la zone rouge (la plus chère) a été légèrement étendue. Il existe aussi de nombreux tarifs préférentiels pour les résidents, les professionnels de santé…

  • Tout ça pour gagner plus d’argent ?

On peut avoir, à juste titre, l’impression que la ville de Tours durcit les règles en matière de stationnement payant. L’honnêteté oblige à dire que c’est pire ailleurs (jusqu’à 35€ de pénalité à Blois, 60€ à Lyon) mais aussi que d’autres communes ont choisi de ne pas toucher au tarif de l’amende (17€ à Orléans) quand d’autres l’ont même baissée ou ont opté pour des places gratuites. L’an dernier, l’État a reversé 2,3 millions d’euros à la ville suite aux différentes amendes dressées à Tours. On saura courant 2019 si ce chiffre a évolue.

En fait, l’objectif affiché par la municipalité est simplement de pousser les habitué(e)s du centre-ville à respecter les règles, donc à payer. On estime que seulement 30% des véhicules étaient en règle jusqu’ici. Le nouveau système, doublé de l’installation de plus de 240 horodateurs neufs sur lesquels il faut indiquer son numéro de plaque d’immatriculation, vise donc à décourager tricheuses et tricheurs. Fini par exemple la combine consistant à venir remettre un nouveau ticket toutes les 2h… Désormais, la machine bloquera la démarche au moment où vous taperez votre numéro de plaque.