Tours

Les Patriotes s’organisent en Touraine

Né de la scission du Front National, le parti de Florian Philippot veut compter dans les années qui viennent.

Pour Pascal Plaza, ancien du FN, l’histoire ne s’est pas très bien terminée entre lui et le parti de Marine Le Pen (il l’estime d’ailleurs en bout de course depuis son débat raté dans l’entre deux tours de la présidentielle). A écouter le Tourangeau, le Front National n’est pas assez franc du collier. Alors le militant a fait ses valises, suivant Florian Philippot qui, de son aveu, est déjà celui qui l’avait motivé à entrer au FN.

Depuis fin septembre, l’ancien porte-parole du parti de Marine Le Pen a fondé sa propre formation politique, Les Patriotes. « Nous sommes une petite quinzaine sur l’Indre-et-Loire » assure Pascal Plaza qui estime « que ce n’est plus vraiment un micro-parti, c’est en train de devenir un parti », comptant notamment une élue au conseil régional du Centre-Val de Loire (mais aucun élu en Touraine).

Avec Les Patriotes, le FN, l’UPR ou encore Debout la France, on assiste à une démultiplication des mouvements à la droite de la droite, comme on peut l’observer à gauche et au centre. Pascal Plaza le reconnait, « on est d’accord sur la plupart des sujets. » Il est d’ailleurs ami avec Jean-Pierre Sanchez, ex du FN, élu à Joué, représentant de Debout la France et avec qui il a fondé le mouvement Nouvelle Écologie en Indre-et-Loire. Il était avec lui lundi à Joué-lès-Tours pour écouter Nicolas Dupont-Aignan. Une grande famille donc… Et de grands écarts. L’homme assure ainsi en parallèle « que la ligne sociale de la gauche est très bonne » et se verrait bien discuter avec la France Insoumise. Selon lui, en France, il n’y a plus deux lignes politiques de droite et de gauche mais « une ligne européiste et une ligne souverainiste. »

« Au FN je ne me sentais pas à ma place. Les initiatives personnelles étaient mises au placard » déplore le militant qui se sentait « bridé » dans la formation dirigée localement par Véronique Péan. Surtout, il reproche au Front de ne plus défendre une sortie claire de l’UE quand lui exige le départ pur et simple de la France de l’Union Européenne, comme le Royaume-Uni. Objectifs : « retrouver notre souveraineté, contrôler l’immigration, mieux défendre l’agriculture. »

Ces positions, Pascal Plaza veut les défendre via Les Patriotes en attendant les prochaines élections, européennes ou municipales. Des scrutins où il n’exclue pas des accords locaux avec les autres formations politiques proches. Des rencontres sont prévues bientôt en attendant également une visite de Florian Philippot dans le Loir-et-Cher le 16 décembre, à Vineuil.

O.C.