Tours

Ryanair à Tours : la rançon du low cost

La compagnie irlandaise a subitement annulé des vols au départ de l’aéroport tourangeau.

Ryanair est décidément passée maître dans l’art de surprendre ses clients. Il y a seulement quelques jours, on apprenait que dès le 1er novembre les conditions allaient changer pour voyager avec des bagages. Il sera toujours possible d'embarquer gratuitement avec une valise de 10kg maximum mais pour la garder avec soi en cabine il faudra pmayer 5€. Sinon, elle ira en soute. Raison invoquée par l’entreprise : moins de bagages dans les coffres situés au-dessus des sièges, c’est moins de retard au décollage.

Manifestement, Ryanair est obsédée par la ponctualité (alors qu’elle se débrouille déjà bien dans ce domaine par rapport à ses concurrents). Ainsi, ce week-end, elle a annoncé 2 000 suppressions de vols dans les prochaines semaines dans toute l’Europe... officiellement pour améliorer son taux de ponctualité, mais aussi parce qu’elle manque de pilotes disponibles. Résultat : pas d’aller-retour Tours-Dublin vendredi dernier et pas de vol pour Londres non plus ce mardi 19 septembre.

Cette décision subite laisse quand même jusqu’à 200 passagers dans l’embarras par avion. Et même si Ryanair les prévient par mail ou SMS de la mesure en proposant des solutions sur d’autres vols ou des remboursements, imaginez le malaise d’apprendre à la dernière minute que vous ne pourrez pas rentrer à la maison à temps depuis l’étranger. D’autant plus que Tours est un aéroport secondaire : le prochain vol peut être 2-3 jours plus tard... pas terrible si l’on devait reprendre le travail le lendemain de l’atterrissage.

Cet épisode prouve une nouvelle fois que des entreprises comme Ryanair n’en font qu’à leur tête, quitte à frustrer leurs clients. Elles semblent s’en accomoder, sachant très bien que beaucoup d’entre eux seront obligés de passer par elle pour voyager. Et qu’avec ses prix très bas elle reste hyper compétitive sur tout le continent.

Dans cette histoire, Tours, son aéroport et ses voyageurs sont des victimes, rien de moins. Ryanair est la seule compagnie régulière à décoller d’Indre-et-Loire. Son modèle low cost est attrayant pour faire venir des touristes et offrir des perspectives de vacances peu chères aux Tourangeaux. On estime que l’aéroport rapporte 20 millions d’€ à l’économie tourangelle, en grande partie grâce à Ryanair. Mais si demain, sur un coup de tête, la société irlandaise décide que ce n’est plus assez rentable et qu’elle choisit de supprimer tous ses vols, il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer.

Pour l’instant, les subventions publiques permettent de maintenir sa présence sur le tarmac tourangeau, mais pour combien de temps ? Il serait peut-être bon de se pencher très sérieusement sur les perspectives d’avenir de la piste tourangelle et sur les moyens de faire venir d’autres opérateurs. Sous peine de se retrouver un beau matin devant le fait accompli.

Olivier Collet