Tours

Le triplé de Weecop au concours Lépine

Primés, les Tourangeaux développent leur bracelet de paiement pour les sites de loisirs.

Ils revendiquent aujourd’hui 15 000 utilisateurs à Tours, Nantes, Poitiers, Orléans ou La Rochelle… Les 4 fondateurs de la jeune entreprise Weecop commencent doucement à étendre leur toile en France. Leur idée est née après des soirées un peu trop arrosées où les euros emportés dans leurs poches n’ont jamais refait surface… Pour ne plus revivre ça, ils ont donc créé un bracelet qui permet de payer ses boissons ou son entrée en boîte de nuit d’un coup de poignet.

Vendu 15€ et alimenté par un compte indépendant du compte bancaire de l’utilisateur, l’outil permet de sortir sans billets ni carte bleue et d’avoir quand même de l’argent sur soi. Ça fonctionne un peu comme une CB sans contact, « en 2 secondes la transaction est enregistrée », ou un peu plus si le porteur du bijou a choisi un code PIN pour sécuriser chaque transaction (mais apparemment, ils sont peu nombreux à le faire).

A LIRE AUSSI :Notre article de 2016 expliquant le fonctionnement complet de Weecop

« Weecop c’est 1 million d’euros de transactions en une année et environ 100 000 paiements » expliquent Julien, Antoine, Cédric et Sébastien, qui ont tous entre 20 et 29 ans et ont installé leurs bureaux à Mame, la Cité dédié aux jeunes pousses de l’économie tourangelle. Leur concept et leur discours semble plaire : après un prix Créa Campus, ils ont été distingués au Salon des Jeunes Inventeurs de Monts en mai dernier et reviennent tout juste de Strasbourg avec 3 prix du concours Lépine, le concours star des inventeurs : « là-bas plusieurs personnes voulaient nous acheter le bracelet car ils aimaient le concept mais on ne pouvait pas leur vendre parce que nous ne sommes pas encore présents dans cette ville. »

Car pour être utilisé, le bracelet inventé par les Tourangeaux (conçu par une boîte de St Avertin et fabriqué en Chine), doit être présenté à des commerçants équipés d’un terminal particulier (en l’occurence un smartphone avec une application dédiée). A Tours, ça marche par exemple au Kaa, aux 3O ou au Meltdown. L’idée c’est vraiment de s’en servir dans des lieux où un portefeuille peut être encombrant plutôt que de l’avoir en permanence pour aller chercher le pain ou acheter des fringues. Et en cas de perte, le bracelet se bloque rapidement via Internet.

Les diplômes de l'entreprise...

Du coup, les 4 compères de Weecop travaillent pour vendre leur concept. Objectif : 30 villes universitaires en 2018. Mais pas que. Désormais, ils visent aussi les sites touristiques. Par exemple des campings, des parcs d’attraction : « on pense sérieusement aux sites naturistes, notamment. Mais aussi aux personnes qui vont à la plage et qui ont peur de se faire voler leur argent laissé sous la serviette pendant qu’ils sont partis se baigner. »

L’un des avantages du bracelet tourangeau c’est qu’il est étanche. On peut donc aller nager avec puis s’en servir pour acheter une glace… « Et comme c’est rapide, ça permet de réduire les files d’attente » promettent Julien, Cédric, Sébastien et Antoine qui sont notamment en contact avec un grand parc d’attraction de la Vienne. Ils ont enfin conçu un autocollant avec la même technologie, que l’on peut fixer sur son smartphone ou ailleurs.

Olivier Collet