Tours

La fiche « pense-bête » pour tout savoir sur la rentrée en Indre-et-Loire

Le CP, l’aide aux devoirs et la lutte contre le harcèlement sont les priorités de l’Éducation Nationale.

Il y a du changement cette année dans les écoles d’Indre-et-Loire. Entre des classes de CP désormais limitées à 12 élèves, des communes qui repassent à la semaine de 4 jours et la création de nouveaux postes, il y a matière à faire un point complet. Prenez des notes, ça peut vous servir pour briller en société…

  • Les effectifs et les créations de postes

On compte presque 111 000 élèves dans tout le département (un chiffre provisoire qui sera confirmé en cours d’année) et c’est un tout petit peu plus que l’an dernier. 93 700 élèves sont scolarisés dans le public, plus de 17 000 dans le privé. Pour les encadrer, 59 postes supplémentaires ont été créés dans les écoles maternelles et primaires, 92 dans les collèges et les lycées. « C’est significatif » commente le nouvel inspecteur académique d’Indre-et-Loire Dominique Bourget. Et il insiste : « ce n’est pas que quantitatif mais aussi qualitatif. Il y a par exemple 22 postes de remplaçants. On va aussi insister sur la formation continue des enseignants. »

A noter : un poste a été créé en dernière minute vers l’école maternelle Paul Émile Victor de Chambray-lès-Tours. Mais « ce ne sera pas forcément synonyme d’ouverture de classe. Cela peut aussi être pour encadrer des activités » précise l’inspection d’académie.

Pour cette nouvelle rentrée, des classes ouvrent à Fondettes, Amboise, La-Chapelle-sur-Loire, La-Membrolle-sur-Choisille, Sorigny, Thizay, Tours, Truyes et Villedômer. Il y aura aussi un poste créé pour quelques heures d’enseignement supplémentaires à l’hôpital de Tours. A cette liste, il faut ajouter les classes de CP à 12 élèves testées dans 4 écoles du département : Mignonne et Rotière à Joué-lès-Tours, Henri Wallon et Marceau-Courier à St-Pierre-des-Corps. Là où il y avait 8 classes de CP en 2016-2017, on en compte désormais 15, et donc autant d’enseignants.

D’ici un an, des classes à 12 élèves il devrait y en avoir encore plus : en CE1 dans les 4 écoles que l’on vient d’évoquer mais aussi en CP dans toutes les zones REP (les quartiers difficiles). Cela devrait représenter une quinzaine de postes supplémentaires. Soit pour des classes de 12 élèves si les locaux des écoles le permettent, soit avec deux profs par classe si les bâtiments ne sont pas adaptés. Les communes ont un an pour se préparer et acheter, au besoin, des classes modulaires (comme l’a fait St-Pierre-des-Corps).

  • Des tests pour les CP

Pour bien montrer qu’il met le paquet pour la réussite des élèves au CP, le gouvernement a prévu de tester leurs capacités dès la rentrée avec des petits examens dans le courant du mois de septembre. Il s’agira d’exercices de 20 minutes en français, répartis sur 4 séances. Des exercices de maths de 10 minutes sont aussi prévus. « Les consignes seront données par l’enseignant et les enfants devront barrer, entourer ou encadrer les réponses » explique Dominique Bourget. « Les résultats seront analysés par les professeurs de l’école afin de prévoir de meilleurs accompagnements dans les classes mais aussi de recenser des besoins de formation. »

A l’automne, tous les élèves de 6ème passeront aussi des tests de français et de maths.

  • Rythmes scolaires

« On a refusé moins d’une dizaine de demandes de communes qui souhaitaient revenir à la semaine de 4 jours » indique Dominique Bourget. Depuis la promesse du président Emmanuel Macron de permettre aux maires de choisir entre la semaine de 4 jours et celle de 4 jours et demi, les demandes ont afflué pour abandonner la réforme des rythmes scolaires mise en place sous François Hollande.

Résultat : près d’un élève tourangeau sur 5 ne mettra plus les pieds à l’école le mercredi. Cela concerne presque 40% des communes du département. En majorité des petits villages mais aussi Chinon ou Loches. D’autres se posent des questions pour 2018 comme Tours.

  • Une rentrée en musique

C’est la nouveauté de l’année : les écoles ont organisé des moments musicaux pour le premier jour de classe de ce lundi 4 septembre. « On veut montrer que l’école est accueillante » nous dit Dominique Bourget. Au programme : champs, comptines, chorales…

  • L’aide aux devoirs

« 80% des 54 collèges d’Indre-et-Loire proposaient déjà une offre autour des devoirs » indiquent les services de l’éducation. L’objectif est d’arriver à 100% d’ici la rentrée des vacances de la Toussaint. C’est « l’offre Devoirs Faits » qui mobilise des enseignants, des assistants d’éducation ou des partenaires associatifs. Le programme sera lié avec ce qu’il se fait en classe. » Des jeunes en service civique seront aussi recrutés pour faire monter en puissance le dispositif.

A LIRE AUSSI : La rentrée en chiffres en Touraine sur 37 degrés

  • Langues étrangères et anciennes

Au collège, 40 classes « bilangues » sont prévues pour cette nouvelle année scolaire, 7 de plus qu’à la rentrée 2016. Seuls deux collèges ne proposent pas d’enseignement du grec ou du latin.

  • Lutte contre le harcèlement scolaire

C’est la nouveauté cette année : un poste de conseiller pédagogique en charge « du climat scolaire » est créé. Objectif de cette personne : se déplacer dans les écoles pour gérer les conflits entre élèves, les cas de harcèlement scolaire notamment. Elle pourra  notamment suivre avec attention les dossiers, rencontrer les familles, les enseignants…

En fait, l’inspection d’académie a constaté qu’il y avait quasiment autant de cas signalés pour les enfants de moins de dix as que pour ceux qui sont au collège ou au lycée. « 99% des situations qui nous sont signalées sont prises en charge tout de suite » note Hélène Gervais qui suit ces questions au sein des services départementaux de l’Éducation Nationale. Elle ajoute : « la solution ce n’est pas de traiter mais de prévenir. » Par ailleurs, beaucoup de cas de harcèlements ne sont pas signalés. Un effort devrait être fait pour mieux former les enseignants à la lutte contre ces situations. « Mais il faut aussi que les élèves soient acteurs, qu’ils puissent prévenir de ce qu’il se passe » nous dit-on.

Olivier Collet