Tours

37° à l’Ombre accorde la musique à l’escrime, au mime et au cheval

Le festival anime l’été à Tours, La Riche et Amboise.

La 3ème édition du festival musical tourangeau 37° à l’Ombre est celle des premières fois : « cette année, nous inaugurons des ateliers pour enfants, notamment un avec du mime ce jeudi 3 août au Prieuré St Cosme à La Riche. La musique et le mime, c’est aussi une première pour nous » explique Adeline de Preissac, harpiste, prof au conservatoire de Tours, et qui mène tambour battant l’équipe d’une quinzaine de bénévoles mobilisée tout l’été pour faire vivre un événement qui prend de l’ampleur avec un programme allongé grâce au soutien de nombreux mécènes, des pouvoirs publics ou de la SPEDIDAM.

Faire dans l’original pour attirer de nouveaux publics vers la musique classique : voilà ce que cherche à faire 37° à l’Ombre en travaillant tout au long de l’année pour établir une programmation singulière apte à séduire des non-initiés : « quand on est au Château d’Amboise, voir des touristes qui ne sont pas venus pour ça rester à écouter c’est une belle victoire » poursuit la musicienne qui jouera cette année aux côtés d’un cheval, pour une chorégraphie inédite. Un autre rendez-vous mêlera la danse, l’escrime et les instruments… Quant aux costumes, ils sont réalisés par une styliste tourangelle (Gina De La Fuente). « On a du mal à attirer les jeunes vers la musique classique alors on doit réinventer le concert » ajoute-t-elle, satisfaite de voir qu’une spectatrice de l’an dernier âgée de 28 ans est aujourd’hui membre de l’association.

Autre crédo du festival : « on s’adapte au lieu dans lequel on joue, on est là pour le sublimer. Par exemple au Prieuré St Cosme, on vient mettre en valeur l’exposition autour de Philippe Favier, en approchant le thème Renaissance ou celui de la botanique. » C’est ainsi que sur une date les spectateurs se retrouveront assis dans l’herbe dans la maison du Prieur avant de rejoindre les vestiges de l’église et de finir leur déambulation au Réfectoire… Dans tous les cas, les concerts ont lieu l’après-midi (14h30 ou 17h30). 600 curieux ont participé à l’édition 2016.

De fin juillet à fin août, pas moins de 25 artistes vont se succéder au Prieuré St Cosme, au Château d’Amboise et au Cloître de la Psalette de Tours (accolé à la cathédrale). Certains ont déjà participé, pour d’autres ce sera la première fois : « les musiciens viennent chercher le plaisir » confie Adeline de Preissac qui joue elle-même sur plusieurs dates et convainc certaines de ses rencontres à faire de même comme une clarinettiste de l’Opéra de Paris ou une flûtiste de l’Orchestre de Radio France.

« C’est important aussi de mélanger les Tourangeaux et ceux qui ne le sont pas » insiste la harpiste qui voit le festival comme une manière de mettre en valeur des artistes d’ici qu’on n’a pas forcément l’occasion de voir souvent en concert en Touraine. « On choisit des œuvres très variées, un programme à l’écoute des gens. On va aussi promouvoir les jeunes talents. Déjà, la moyenne d’âge de nos musiciens est de 35 ans. Nous proposons aussi des avant-concerts avec de jeunes prodiges comme Marin Chapoutot (vu avec sa clarinette dans une émission de France 2) ou Jean Cotro, vainqueur du concours Pianos en Gares il y a deux ans. Ca leur permet également de rencontre les professionnels. »

Olivier COLLET

Plus d'infos avec la programmation sur la page Facebook de 37° à l'Ombre et en cliquant ici.