Tours

Pas de fête médiévale dans le Vieux-Tours cette année

Mais les commerçants du quartier préparent d’autres événements avant Noël.

Dès sa première édition, le rendez-vous avait attiré beaucoup de monde, facilement 10 000 personnes… En 2015 et 2016, fin septembre, la toute jeune association de commerçants du centre historique de Tours, le Vieux-Tours Dynamique, avait organisé une fête médiévale, une journée avec combats chevaleresques, spectacles historiques, histoires du Moyen-Âge, marché d’époque… Objectif : attirer les familles qui ont parfois tendance à bouder le secteur. Une fête du cirque, imaginée dans le même esprit, avait également vu le jour au printemps 2016. Des manifestations gratuites, où toutes les boutiques du quartier étaient mises en valeur, et qui animaient le cœur de la cité tout un dimanche.

Mais cette année, pas de fête du cirque au retour des beaux jours. Et pas de fête médiévale non plus à la fin de l’été.

En fait à l’automne 2016, le bureau du Vieux-Tours Dynamique a changé. C’est désormais Romain, le patron du bar Les 3 Rois de la Place Plume, qui en assure la présidence assisté d’Agnès de Fleurenplume, Julien du Kaa et Tony de l’Acropole. Il le reconnait : « sur deux ans, l’organisation de la fête a demandé 6 mois d’organisation à 4 bénévoles. C’est un travail énorme. L’ancien bureau s’est sacrifié. C’était un réel succès, un événement bien organisé mais nous avons tous déjà beaucoup à faire. C’était par ailleurs un gouffre financier vu les contraintes de sécurité imposées par la préfecture. » Une vision globalement partagée par l’ancienne équipe, malgré tout déçue vu la popularité de la manifestation.

Même si ce n’est pas la seule raison de son annulation, la fête médiévale de Tours est donc le premier événement d’ampleur à disparaître du calendrier de la ville à cause des mesures imposées par l’état d’urgence. Une perspective qui pousse Olivier Lebreton, adjoint au maire en charge de la sécurité, à proposer son aide aux organisateurs : « qu’ils viennent me voir… Si c’est le problème de la sécurité qui achoppe il faut voir ce que l’on peut faire. On peut par exemple l’organiser sur un périmètre moins étendu. » Ou apporter une subvention exceptionnelle dédiée à la sécurité ? La porte n’est pas forcément fermée.

D’ailleurs, si la fête médiévale n’est pas d’actualité en 2017, Romain des 3 Rois assure que le projet n’est pas enterré : « elle sera peut-être de retour en 2018 » suggère-t-il, mais son organisation sera sûrement confiée à une structure extérieure. Depuis quelques temps, le commerçant s’est rapproché d’une agence tourangelle, Monsieur Marketing, qui s’occupe de sa communication et travaille aussi sur les projets du Vieux-Tours Dynamique : « il faut que l’on fasse plus d’animations, plus de communication pour faire rayonner le quartier qui a toujours une mauvaise image non justifiée » argumente le barman.

Son idée : mettre en avant « la montée en gamme du Vieux-Tours depuis 5-6 ans » avec l’arrivée de nouveaux commerces ou de chaînes (Pitaya, Au Fût et à Mesure, Les Fils à Maman…). « On a des idées » assure le président qui essaie de fédérer un maximum de commerçants autour de lui : « nous sommes actuellement 70. Mais on reste une jeune association, on se structure. »

De premiers projets concrets devraient être annoncés à la rentrée. Le Vieux-Tours Dynamique réfléchit aussi, par exemple, à une façon plus originale de décorer le cœur historique pour les fêtes de fin d’année. En attendant, les commerçants de la Place Plumereau proposent, jusqu’en septembre, des concerts de jazz chaque jeudi de 19h à 21h, en partenariat avec Chapau Prog.

Olivier COLLET