Tours

Les Francos Gourmandes de Tours changent subitement de recette

Les concerts d’M Pokora et Bigflo & Oli sont annulés et l’événement devient gratuit. Intriguant mais pas inintéressant…

Le festival Tours et ses Francos Gourmandes qui doit se tenir du 15 au 17 septembre semble particulièrement complexe à mettre au point…

A peine lancé et en proie à une polémique autour des importantes subventions publiques dont il doit bénéficier (350 000€), le voilà amputé d’une partie non négligeable de sa programmation. Exit les concerts d’M Pokora et Bigflo & Oli qui étaient prévus au Parc de Ste Radegonde (Claudio Capéo et Cocoon seraient maintenus). Exit d’ailleurs le parc de Ste Radegonde tout court l’événement étant rapatrié en centre-ville « pour des raisons de sécurité », mais sans plus de précisions sur le futur lieu d’accueil (Place Anatole France ? Île Aucard ?). De plus, jamais deux sans trois, le festival ne sera finalement plus payant mais gratuit. Les personnes ayant déjà acheté leurs (chers) billets à 35€ la journée et 55€ les deux jours peuvent se faire rembourser auprès des sites web ou des commerçants chez qui elles les avaient acquis.

Officiellement, cette gratuité est annoncée comme une bonne nouvelle par la Cité de la Gastronomie qui s’enthousiasme sur Facebook : « Good news !!! Pour encore plus de plaisir et pour cette première édition, Tours et ses Francos Gourmandes devient 100% gratuit ! Durant 3 jours, Tours vibrera pour la gastronomie, la musique et l’art de vivre ! » « On s’est rendu compte qu’il fallait que ce soit gratuit pour qu’un maximum de Tourangeaux puissent venir » précise Quitterie De Pontis-Thellier, salariée de l’association.

Quelques heures après l’annonce de l’annulation de deux têtes d’affiche, il faut rassurer et allécher : « peu de choses vont changer. On reste sur la même programmation en cœur de ville et en bords de Loire avec une exposition photo à la Villa Rabelais et un salon du livre gastronomique, "un pôle Miam" aux Halles, des animations autour du vin à la guinguette, le marché bio… La partie scénique de la programmation culinaire reste la même avec toujours une alternance entre des joutes de chefs - nationaux et régionaux (mais sans tête d'affiche médiatique pour l'instant, ndlr) - et des concerts. Le parrain Juan Arbelaez (qui cuisine sur les Champs-Elysées à Paris) sera bien-là lui aussi » énumère Quitterie De Pontis-Thellier ajoutant que « des noms d’artistes régionaux et nationaux » seront annoncés la semaine prochaine, « ce sera une belle affiche. »

Aux Halles, une grande tablée avec un menu réalisé par les commerçants sera proposée avec en prime kermesse, fanfare, cours de cuisine et animations pour enfants. On nous parle aussi d'un bar à bières de Touraine, de rencontres avec viticulteurs, truficulteurs ou producteurs de safran de Touraine. Les confréries (nougat, rillelttes...) seront également de la partie.Ca fait du monde, et ça peut être assez savoureux.

Mais tout de même, la façon dont tout cela s'organise est assez étrange… Actuellement, le site du festival renvoie vers une page blanche et sa page Facebook a disparu pour d’obscures « raisons techniques. » On aurait pu imaginer la rupture du deal entre Morgane Production chargé de concevoir la programmation artistique et Tours, mais on nous assure que non. La marque Tours et ses Francos Gourmandes va donc perdurer. Mais comment l’opérateur (également organisateur des Francofolies de La Rochelle) va rentabiliser son événement sans billetterie ? Mystère… Les 350 000€ de subventions publiques qui pourraient lui revenir risquent de ne pas suffire. Là-aussi, on nous promet des réponses d’ici une semaine (de son côté, Morgane ne nous a pas rappelé).

Parmi les voix qui s’étaient élevées pour critiquer ce festival, on avale un peu ce rebondissement de travers : « je ne suis pas surpris. Cet événement annoncé 6 mois avant ça faisait improvisé » commente l’écologiste Emmanuel Denis qui juge que « financièrement, ce festival ce n’est pas une escroquerie mais presque. L’opérateur nous fait les poches alors que Terres du Son c’est seulement 7% de subventions. C’est un beau projet sur le fond, mais je ne sais pas si l’on a choisi les bons acteurs… »

Même son de cloche chez le socialiste Vincent Tison : « ça confirme mes réserves sur cet événement monté à la va-vite avec une grosse boîte… Les annulations de concerts sont une occasion de ce recentrer sur le travail avec les acteurs locaux. Il faut peut-être aussi resserrer le budget, mettre moins d’argent ou en mobiliser sur des partenariats avec les écoles ou des structures d’éducation populaire. »

En tout cas, pour séduire, les Francos Gourmandes tourangelles devront être un succès populaire. A l'époque de la version payante, 7 500 personnes étaient espérées. Avec un festival gratuit, on peut raisonnablement imaginer une foule comparable à celle accueillie pour un événement comme Vitiloire, soit 30 000 convives.

O.C.