Tours

Cet été, le patinage tourangeau prépare sa nouvelle saison

Ce n’est pas parce que la patinoire est fermée que le CMPT ne travaille pas, bien au contraire. "Cette période « morte » est idéale pour préparer la saison prochaine" nous écrit Franck Chaumin, le responsable communication qui nous donne régulièrement des nouvelles des patineurs tourangeaux.

Sur le plan sportif, la glisse a laissé place à la préparation physique. Les entraineurs dispensent des séances de gainage et « d’abdos » en attendant le retour à la glace. Sur un plan plus élargi, le président Christian Lachaud et le staff préparent une rentrée "plus innovante que jamais."

Objectif essentiel : faire connaître le club au maximum, "communiquer pour qu’à la rentrée le nombre d’inscription soit au zénith après l’épisode de la fermeture de la patinoire de Tours (cause : amiante en tribune, ndlr). Communiquer sur la section compétition, ses moyens, sa situation et ses résultats en « National ainsi qu’en Régional ». Enfin communiquer sur les innovations prévues à la rentrée."

"Nous sommes en phase de finalisation concernant les nouveautés 2017/2018, nous consultons également la ligue Centre très intéressée par nos projets, le but ultime étant d’atteindre la fédération française des sports de Glace qui est très attentive à ce qui se passe à Tours" souligne le CMPT qui se déploit : "A la rentrée nous nous ouvrons au monde de l’entreprise par le biais de notre discipline. Nous sommes les premiers en ligue Centre, et peut être précurseur au niveau national. L’innovation devrait également se porter sur l’entrainement car le nombre d’heures de glace pour les patineurs et patineuses étant bien inférieur à d’autres clubs français et le calendrier du championnat de France imposant une période très courte pour se qualifier en finale, un accent sera mis sur l’optimisation de la préparation physique éventuellement associé si possible à un suivi médical."

Le médical, priorité du président : "il faut protéger nos petits champions de la blessure en les renforçant étant donné le rythme compressé des entrainements. Conseillé par un médecin de « SOS Médecins », nous rajouterons les compétences  d’une kinésithérapeute qui s’occupe déjà du milieu « PRO » et avec qui nous avons déjà engagé des premiers contacts" souligne Christian Lachaud.