Tours

Les services civiques sont devenus indispensables au CHU de Tours

Munis de leur uniforme orange ils guident les patients. Un marchepied vers un emploi. Des postes sont à pourvoir.

Ils ont déjà été confondus avec les techniciens d’un opérateur téléphonique ou avec des agents de l’autoroute mais leur vraie mission est complètement différente. Élisa, Brian et les 18 autres jeunes de 18 à 25 ans embauchés en tant que services civiques à l’hôpital de Tours depuis cet hiver sont bien en place. Déjà parce que le système commence à être bien rôdé : une première équipe a préparé le terrain pendant 8 mois en 2016 et le deuxième groupe en est déjà à la moitié de sa mission.

24h par semaine, 4 à 5h par jour du lundi au vendredi (et parfois le samedi), à Trousseau, Bretonneau et Clocheville, ces services civiques vont au devant des patients un peu perdus dans les couloirs du CHU. Contrairement aux agents d’accueil, les Zorranges (qui se sont nommés ainsi en raison de la couleur de leurs vêtements) peuvent se déplacer de leur poste et accompagner un visiteur jusqu’au bon service, lui proposer un fauteuil roulant ou l’aider dans l’ascenseur. « Par exemple à Bretonneau la signalisation est compliquée entre les différents bâtiments » précise Chantal Le Bot, directrice adjointe et tuteure d’Élisa (chaque Zorrange est suivi par un cadre). « On peut aussi les accompagner jusqu’à leur voiture quand ils repartent » complète la jeune femme. Au besoin, ils ont même un plan de bus sous la main.

« Parfois les personnes manquent un peu de tact ou s’agacent mais on a aussi beaucoup de compliments » soulignent les deux jeunes que nous avons rencontrés. Preuve que le dispositif a son utilité : 1 700 prises en charge sont enregistrées chaque semaine par les services civiques qui profitent par ailleurs de leur temps d’intégration dans l’hôpital pour rencontrer son personnel et faire de l’immersion dans des services dont ils veulent découvrir l’envers du décor, « d’autant que nous avons 120 métiers ici » note Chantal Le Bot. Pour Brian ce sera la sécurité, pour Élisa l’administratif du côté des admissions. Mais cela peut aussi être avec les infirmières, par exemple.

« Nous ne leur demandons aucune formation particulière avant de les recruter. On essaie juste de voir au cours des entretiens s’ils sont dynamiques, s’ils ont envie de venir à l’hôpital » précise encore la cadre hospitalière qui reçoit 5 fois plus de CV qu’il n’y a de places disponibles. Elle est d’ailleurs actuellement en plein recrutement pour pourvoir 10 postes dès la rentrée de septembre et 10 autres d’ici octobre. Des réunions d’information sont organisées début juillet avant les entretiens individuels (offres dispos sur la plateforme nationale de l’agence du service civique).

Avec ces Zorrange, le CHU de Tours renforce non seulement ses liens avec les patients mais il se constitue aussi un vivier de profils qu’il peut embaucher ou recommander. Voire accompagner dans une formation. Sur la précédente session, 2 services civiques se sont dirigés vers le concours d’assistante sociale, il y a eu une embauche directe à la sécurité de l’hôpital (et une autre tout récemment parmi l’équipe actuelle, avant même la fin du service civique), un recrutement au sein des agents de service avant que la jeune femme en question n’obtienne son concours d’aide soignante, d’autres ont eu du succès avec leur concours infirmier… Bref, pas mal de réussites professionnelles accélérées : « on fait un travail avec le CREPI Touraine pour que les volontaires construisent leurs projets et leur profil » explique Chantal Le Bot. Quitte à ce que ce soit une reconversion dans l’horticulture.

Le dispositif du service civique, qui existe depuis 2010, coûte une centaine d’euros par mois à l’hôpital et 470€ à l’Etat (le self est aussi gratuit pour les jeunes). La direction réfléchit à l’étendre ou à proposer de nouvelles formations à ses Zorrange. Ces derniers bénéficient déjà d’une formation incendie, d’une autre sur les premiers secours mais aussi de cours sur l’hygiène ou le secret professionnel.

Olivier COLLET