Tours

A Tours, concours d’idées pour transformer les bords de Loire

La guinguette c’est bien, mais que peut-on imaginer d’autre sur les quais ? Vous pouvez proposer vos projets sur le net.

Y’aura-t-il un jour une piscine naturelle en bord de Loire ? Un pont habité au-dessus du fleuve ? Une passerelle piétonne entre le bas du Pont Wilson et l’Île Simon ? Un bateau-restaurant ? Une navette fluviale ? Et pourquoi pas.

Après le concours lancé pour trouver un projet innovant permettant de rénover les Halles de Tours, c’est un autre secteur emblématique de la ville qui a l’ambition de se transformer : les bords de Loire. « Ca va être un des premiers engagements de la nouvelle métropole » explique son président, Philippe Briand qui lance un appel à idées « international » afin de compiler des propositions pour que les quais aient un nouveau visage « et on ne se met aucune limite » assure l’élu. Y compris en terme de budget.

Un site Internet en français et anglais, Envies de Loire (accessible ici), vient donc de voir le jour et - une fois inscrit via Facebook, Google ou avec une simple adresse mail - vous et moi pouvons proposer d’aménager l’un des 12 sites concernés dans l’agglo, à Tours, St-Pierre-des-Corps ou St-Cyr-sur-Loire. Une carte interactive permet de le placer exactement là où on voudrait le voir apparaître.

« La Loire est un des derniers fleuves sauvages, mondialement connu et reconnu. Mais à Tours, on a oublié ses attraits et ses atouts » affirme encore Philippe Briand. Et ce même si la guinguette de Tours voit passer environ 200 000 personnes chaque été, sans oublier les soirées qui s’improvisent sur les quais dès que les beaux jours sont au rendez-vous. « Il faut reprendre contact avec le fleuve, l’ouvrir à la création » nous dit-on encore. C’est dans l’air du temps car de nombreuses villes - Nantes et Paris en tête - entreprennent depuis peu de grands chantiers au bord de l’eau. Et dans ce domaine, comment ne pas citer Lyon avec ses grandes balades et ses péniches.

Du coup voici comment ça se passe : jusqu’au 5 septembre, vous allez sur le site Envies de Loire et vous proposez tout ce qui vous passe par la tête (attention quand même aux contraintes. La Loire c’est un site protégé, classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco donc on ne peut pas tout y faire. Exemple : il faut respecter la végétation). Une fois qu’on aura compilé toutes les suggestions, en octobre, 6 équipes de professionnels passeront 5 jours au 5ème étage de la fac des Tanneurs, dans une salle avec balcon qui donne sur le fleuve, afin de proposer une grande idée ambitieuse : « on va s’ouvrir aux urbanistes, aux architectes, aux plasticiens... » précise l’élu tourangeau Christophe Bouchet, qui s’occupe du tourisme. Eux aussi auront carte blanche. En décembre, un lauréat sera désigné pour transformer l’un des 12 sites et vers la fin 2018 les choses concrètes devraient débuter avec, par exemple, les études de faisabilité.

« Ce qu’on veut, c’est que des regards extérieurs viennent se poser ici, qu’ils nous disent comment ils voient notre fleuve. Pour nous, la Loire est devenu quelque chose à franchir vite, qu’on regarde à peine. Qu’on puisse par exemple dire aux touristes ‘arrêtez-vous à Tours, vous êtes dans un endroit merveilleux !’ » poursuit Christope Bouchet. Mais en dehors de ce grand chantier, ils espèrent aussi pouvoir réaliser de petits projets qui ne coûtent pas forcément cher mais qui peuvent transformer le quotidien et amener les Tourangeaux à descendre plus souvent au bord de l’eau.

Au hasard, on peut citer la création d’un parcours dédié au running comme vient de le faire Orléans. A voir si le côté participatif (utilisé à Grenoble, Lille ou Montpellier) entraînera un foisonnement de réflexions. « L’idée n’est pas de copier coller ce qui fait ailleurs mais de s’inspirer via des images. C’est bien si c’est une ctréation mais il ne faut pas avoir honte d’imiter ce qu’il se fait de bien ailleurs. L’important c’est la notion de plaisir et comment on fait vivre les bords de Loire, et il faut qu’il y en ait pour tout le monde » nous a-t-on précisé en conclusion.

Olivier COLLET

Bientôt un belvédère public à la fac des Tanneurs...

Au détour de la présentation de ce dispositif Envies de Loire, le président de l’Université François Rabelais Philippe Vendrix a révélé qu’il travaillait sur un projet ambitieux afin d’ouvrir le dernier étage du site des Tanneurs au public : « l’Université doit devenir un leieu emblématique de la ville. » Et on peut tout imaginer à cet endroit... Mais avant cela, il faut installer un ascenseur extérieur. Pas e calendrier, mais c’est lancé, nous assure-t-on.