Tours

Une conférence sur la dénutrition à Tours

Elle est prévue ce mercredi 3 mai.

Créé fin 2016, le Collectif de lutte contre la dénutrition a pour objectif de mobiliser la société civile pour que les pouvoirs publics prennent les mesures indispensables pour mettre fin à cette maladie silencieuse qui touche plus de 2 millions de Français. En 2017, le collectif poursuit sa mobilisation en régions et organise un tour de France ayant pour objectif de faire de la Dénutrition la Grande Cause 2018.

Après Dijon, Brest, Nice et Bordeaux, la 5ème et dernière ville d’étape de ce tour est Tours, où le CHU a notamment mis en place en 2014 une unité mobile de nutrition unique en France car couvrant tous les âges et toutes les maladies de la nutrition. Une unité de l’INSERM sur le site de l’hôpital Bretonneau « Nutrition, croissance et cancer » développe aussi une recherche de haut niveau.

La dénutrition sera exposée à un public large par des experts de Tours impliqués dans la lutte contre la dénutrition et au travers du témoignage d’une patiente. L’objectif sera de mieux en comprendre la cause, qu’elle soit psychologique (anorexie, dépression) ou liée à une maladie d’organe, à tous les âges de la vie et les modalités de prise en charge.

La dénutrition peut compliquer la pathologie préexistante, chronique ou aiguë, ou affecter gravement le pronostic des malades (Alzheimer, Cancer, Parkinson, Mucoviscidose, Sida, par exemple). Si la maladie est guérissable, la dénutrition va ralentir sa guérison, si elle est handicapante, elle va alourdir le handicap. Le diagnostic précoce etl’information des patients et de leurs proches sont donc essentiels. Les conséquences de la dénutrition sont lourdes et multiples : arrêt de croissance chez les enfants, baisse des résistances et développement d’infections (risques accrus des infections nosocomiales), perte d’autonomie, perturbation de l’équilibre, risque de chute, de fractures, dégradation du tube digestif, du système respiratoire, de la santé bucco-­‐dentaire, de la qualité de vie. Elle peut enfin conduire au décès.

A Tours il y a l’unité mobile de nutrition, unique en France car elle couvre tous les âges, depuis l’enfant jusqu’à la personne âgée, et toutes les maladies de la nutrition (dénutrition, obésité, maladies métaboliques, anorexie mentale). Coordonnée par le Pr Régis Hankard, Pédiatre spécialisé en Nutrition, elle est transversale et se déplace dans tous les services médicaux. Les médecins de l’unité établissent alors avec les médecins du service, le personnel de soins et les diététiciens une stratégie de prise en charge nutritionnelle avec des modalités d’action très diverses, allant du conseil diététique à la mise en place nutrition entérale, par l’estomac, ou parentérale, par les veines.

Le CHU associe une expertise médicale et une recherche de haut niveau en Nutrition et dispose sur le site de l’hôpital Bretonneau d’une unité de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) : INSERM UMR 1069 « Nutrition, croissance et cancer ». Que la recherche soit « translationnelle » (du laboratoire au patient) ou clinique, elle cherche à améliorer la compréhension ou le traitement des maladies.

Conférence donc le 3 mai à 17h30 à la Villa Rabelais, Boulevard Béranger à Tours (photo).

 

D'après communiqué.