Tours

Tours, métropole oubliée de la campagne présidentielle ?

Les candidats ne se sont pas bousculés en Indre-et-Loire.

Alors que débute la dernière ligne droite avant le 1er tour de l’élection présidentielle ce dimanche 23 avril, à Tours, on a un peu le sentiment d’être passé à côté de l’événement. On ne peut sincèrement pas dire que la campagne ait été très active ici. Pourtant, maintenant que la capitale de l’Indre-et-Loire est devenue une métropole, donc présente dans le peloton de tête des 22 villes censées compter en France, on aurait pu imaginer voir défiler une grande partie des candidats au parc des expositions, au Vinci voire du côté de St-Cyr-sur-Loire, lieux prêts à servir ou déjà utilisés pour des meetings politiques.

Oui, mais non. Enfin, presque. Sont venus Philippe Poutou et Nicolas Dupont-Aignan (aux Halles, pour de vrais meetings), Nathalie Arthaud (en février devant 150 personnes) et Emmanuel Macron (à Montlouis-sur-Loire et au supermarché, pour regarder des tomates sous l’œil des caméras puis signer des bouquins et faire des selfies). Et encore, tout ça c’était assez tôt dans la campagne. Là, pendant la période officielle des 15 derniers jours avant le scrutin, personne. François Fillon était annoncé devant 5 000 partisans au parc des expositions, mais le candidat Les Républicains a préféré Paris et Marseille. Et puis il a été à Orléans et Poitiers, aussi.

Parmi les favoris des sondages, seul Emmanuel Macron a posé le pied en Touraine. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon (qui parlent pour le peuple, disent-ils) ont choisi Châteauroux, préfecture d’un département plus rural. Quant à Benoit Hamon, il est passé par Blois, fief socialiste. Même Jacques Cheminade a favorisé la campagne loirétaine, Sinon, pas de nouvelles de François Asselineau et encore moins de Jean Lassalle.

4 candidats sur 11, peut vraiment mieux faire. Et leurs lieutenants ne se sont pas bousculés non plus. Pour la droite, faute de mieux, on a vu passer Eric Woerth en pleine période des affaires, Yannick Jadot ou Noël Mamère sont venus dans le camp Hamon… Ce mardi, les Macronistes font une soirée à l’Hôtel de Ville de Tours… En fait, ceux qui se sont le plus montrés, ce sont les partisans de la France Insoumise. Avec une campagne créative (une chanson devant les bars de la Place Plumereau jeudi dernier) ils ont occupé le terrain (à défaut de grand soir) quand les autres partis faisaient un travail plus classique. Alors, aura-t-on une surprise d’ici vendredi ou un événement dans l’entre deux tours ? Pas sûr.

Olivier COLLET