Tours

Conférence à Tours : les sages-femmes et la lutte syndicale

Par Nathalie Sage Pranchère, archiviste et historienne.

Première profession féminine diplômée en 1803, les sages-femmes sont aussi la première profession féminine à se doter d’un syndicat à partir de 1896. Né à Paris, le syndicat des sages-femmes de la Seine devient rapidement le Syndicat général des sages-femmes de France (et des colonies) qui porte avec vigueur un idéal de confraternité et d’exigence scien-tifique en défendant les droits et les conditions de travail de la profession. L’unité syndicale est pourtant de courte durée et deux nouvelles organisations voient le jour avant 1910, révé-latrices de la diversité des praticiennes et de leurs besoins. Profondément lié à la première vague féministe, l’associationnisme et le syndicalisme des sages-femmes éclairent le degré de maturité d’une profession qui fait face pendant les premières décennies du XXe siècle à des évolutions majeures de la pratique et des lieux de l’obstétrique.

Nathalie Sage Pranchère, archiviste paléographe et agrégée d’histoire, a soutenu en 2011 sa thèse sur la formation des sages-femmes au XIXe siècle. Ce travail vient d’être publié, sous le titre L’école des sages-femmes. Naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, aux Presses universitaires François-Rabelais de Tours.

 

 D'après communiqué.