Tours

Au PS37, une primaire pour peser face aux « solitaires »

Les responsables du parti espèrent une forte mobilisation pour calmer les ardeurs de Macron et Mélenchon dans la course à la présidentielle.

Samedi matin, le Parti Socialiste d’Indre-et-Loire présentait ses vœux à ses militants : un peu plus de 800 revendiqués, contre environ 1 000 il y a 5 ans, et moins d’une centaine venus se rassembler à la mairie des Fontaines de Tours en ce 1er week-end de janvier. C’est une année charnière qui débute pour le parti : excepté les régionales de fin 2015, il a tout perdu depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande. On trouve aussi dans ses rangs l’un des frondeurs les plus médiatiques du pays : le député du Chinonais Laurent Baumel.

Le parti a besoin de forces pour les batailles à venir. Alors qu’il compte 4 parlementaires (3 à l’Assemblée Nationale, 1 au Sénat), combien en gardera-t-il ? Il devra redoubler d’énergie pendant la présidentielle afin de créer une dynamique aux législatives et sauver ce qui pourra l’être dans un contexte qui – pour l’instant – lui semble défavorable.

Alors en ce début 2017, c’est l’union sacrée localement pour faire en sorte que la primaire des 22 et 29 janvier soit un succès. Pour preuve, ils ne sont pas nombreux parmi les grands élus à prendre position, préférant insister sur l’importance de passer dans l’isoloir plutôt que de marquer leurs différences autour des personnalités des différents candidats. Laurent Baumel a tout de même choisi Arnaud Montebourg, la sénatrice Stéphanie Riocreux roule pour Manuel Valls mais Jean-Marie Beffara, Jean-Patrick Gille ou même Marisol Touraine (absente malgré sa présence remarquée vendredi à Tours) font mine d’attendre les débats avant de se déterminer. Que doit-on en déduire ? Car quand peu de voix s’élèvent pour militer et argumenter, pas facile de passionner la base, surtout dans cette campagne courte où tout va se jouer à la télé (1er débat ce jeudi 12 sur TF1).

Bref, le discours se résume à un appel à la mobilisation, « pour créer une dynamique et un mouvement » dit le patron des socialistes d’ici, le Jocondien Francis Gérard. 25 à 27 000 Tourangeaux étaient venus participer au choix du candidat pour la présidentielle de 2012 fin 2011, et le PS espère bien des chiffres similaires cette fois-ci, face aux 40 000 électeurs rassemblés pour la primaire de la droite dans le département il y a deux mois. Dans les rangs, on se veut optimiste en citant une enquête affirmant que « 7 à 8% du corps électoral se dit intéressé par ce scrutin. » « L’enjeu est important, c’est une mise en route. Une force d’entraînement. »

En fait ce que redoutent les socialistes, c’est qu’un candidat élu avec une faible participation paraisse illégitime aux yeux du peuple de gauche, donnant ainsi de bons arguments à ses « adversaires » de droite et à ses « concurrents » de gauche, les Mélenchon, Macron et autres Poutou (LCR) ou Jadot (EELV). « Vu l’état de dispersion de la gauche, pour l’instant, ça ne passe pas au 2ème tour » résume Francis Gérard, lucide tout en espérant donc – avec une bonne dose d’utopie – qu’un succès de la primaire fera rentrer dans les rangs les « solitaires » ambitieux : « si on est quelques millions, ils peuvent être remis en question. » « On organise un premier rassemblement pour éviter une politique de parts de marché » lance le député Baumel, après avoir contribué à semer la zizanie dans le camp socialiste pendant le quinquennat.

« On ne dit pas que lors de ces primaires on va désigner le prochain président de la République… mais pourquoi pas ? » ajoutent les socialistes tourangeaux, voulant prendre pour exemple le succès de la gauche plutôt unie derrière François Bonneau aux régionales de 2015 en Centre-Val de Loire, finalement lauréate malgré les pronostics. « Il ne faut pas laisser nos valeurs en jachère » lâchent enfin les dirigeants en espérant l’émergence d’idées neuves d’ici le premier tour, seule façon de montrer que le PS a encore des ressources et que certains auraient tort de vouloir l’enterrer trop vite.

Olivier COLLET

A noter : les sympathisants de gauche d’Indre-et-Loire souhaitant voter aux primaires citoyennes des 22 et 29 janvier pourront le faire dans 66 bureaux de vote, s’ils sont inscrits sur les listes électorales au 31 décembre 2016. Pour savoir où voter, vous pouvez consulter le site www.lesprimairescitoyennes.fr.